Votre navigateur ne supporte pas javascript!

logo sexoconseil suivi d'un clavier avec un stéthoscope posé dessus

logo
icone maison
drapeau espagnol loupe

Le frottis, un examen efficace pour dépister le cancer du col de l'utérus

Chaque année en France, près de 3000 femmes sont touchées par le cancer du col de l'utérus et plus de 1000 femmes n'y survivent pas. Pourtant selon l'institut national du cancer 90% de ces cancers peuvent être évités grâce à un frottis de dépistage régulier. Malgré cela 4 femmes sur 10 ne se font pas dépister ou ne réalisent pas de manière régulière ces frottis de dépistage.

Qu'est ce qu'un frottis ? Comment se déroule cet examen ? Suis-je concernée ? Le point sur cet examen gynécologique pour mieux comprendre en quoi il consiste et les réels avantages qu'il offre face au 10ème cancer féminin le plus fréquent en France.

Qu'est-ce qu'un frottis ?

Le frottis de dépistage aussi appelé frottis cervical de dépistage est un examen cytologique précoce qui a pour but de dépister systématiquement un cancer débutant du col de l'utérus non visible à l’œil nu lors de l'examen au spéculum, un état précancéreux curable médicalement ou une infection gynécologique telle que mycose vaginale, infection de trichomonas, etc…

En bref, le frottis cervical permet de détecter précocement des lésions pouvant évoluer dans le temps vers un cancer du col de l'utérus.

Ce cancer qui est le premier cancer en terme de mortalité au niveau mondial est essentiellement provoqué par les papillomavirus humains (HPV) qui se transmettent lors des rapports sexuels. En général, la contamination a lieu durant les premières années de la vie sexuelle. Bien souvent l'infection guérit spontanément (le corps parvient de lui même à éliminer le virus) mais il arrive parfois que l'infection persiste et provoque des lésions au niveau du col de l'utérus qui pourront évoluer des années plus tard vers un cancer. Selon la Haute Autorité de Santé (HAS), « une infection persistante est retrouvée chez 3 à 10% des femmes infectées. »

point d'exclamation icone Attention Le frottis cervical n'est pas un examen de diagnostic mais un examen de dépistage.

L'importance du frottis repose entre autre sur le fait que grâce à lui, on est en mesure d'obtenir certaines informations sur le col de l'utérus qu'aucun autre examen n'est capable d'apporter même s'il existe, bien évidement, d'autres examens qui peuvent être réaliser quand cela est nécessaire pour obtenir des informations complémentaires.

Comment se passe un frottis ?

Le frottis cervical est un examen gynécologique simple qui consiste à prélever des cellules au niveau du col de l'utérus qui seront ensuite analysées. Cet examen est généralement pratiqué par un gynécologue ou un médecin généraliste mais il peut également être effectué par une sage-femme ou une infirmière ayant reçue une formation appropriée aux techniques de prélèvements cytologiques.

petite ampoule jauneL'astuce Où faire un frottis de dépistage ? En cabinet chez un médecin mais aussi à l'hôpital ou dans certains laboratoires si vous avez une prescription médicale.

Déroulement de l'examen

La femme est placée en position gynécologique et une fois le spéculum mis en place, le médecin frotte légèrement les parois du vagin et le col de l'utérus avec un écouvillon ou une petite brosse. Il recueille ainsi délicatement les cellules superficielles qui desquament naturellement à ce niveau. Ce prélèvement de cellules est ensuite envoyé en laboratoire pour être analysé.

schéma du frottis cervical de dépistage
©Sexoconseil

Lors d'un examen gynécologique, le frottis est toujours effectué sans utilisation de lubrifiant et avant le toucher vaginal.

Ce qu'il faut savoir avant le frottis

Plusieurs conditions doivent être respectées afin que le prélèvement effectué lors du frottis soit de bonne qualité :

  • Cet examen ne doit pas être effectué pendant les règles afin d'éviter que la présence de sang menstruel fausse les résultats.
  • Il doit également être réalisé à distance d'un rapport sexuel, il est donc recommandé de ne pas avoir de relation sexuelle 48 heures avant le rendez-vous.
  • La toilette vaginale est également à proscrire avant l'examen.
  • Si vous prenez un traitement local ou si vous avez une Infection Sexuellement Transmissible, il est recommandé d'attendre la fin du traitement ou que l'infection soit traitée pour faire faire votre frottis.

Enfin, il faut savoir que si vous êtes enceinte le frottis cervical n'est pas contre indiqué. Il n'y a aucun risque pour le bébé ou pour vous. Si vous n'en avez pas réalisé depuis 3 ans vous pourrez le faire lors du premier examen prénatal.

icone de la lettre iRemarque : un frottis ne peut être pratiqué sans le consentement de la patiente. Elle est totalement libre d'accepter ou de refuser cet acte de dépistage.

« Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment. »
Code de la santé publique, art. L 1111-4

Le frottis est-il douloureux ?

Le frottis cervico utérin (FCU) est un examen indolore qui ne prend que quelques minutes.

Est-il douloureux ? Non cet examen en lui même n'est pas douloureux cependant il n'est pas pour autant agréable. Selon les femmes interrogées certaines disent le vivre sans aucun problème alors que d'autres l'appréhende et le vivent comme désagréable.

Après cet examen il est possible que de petits saignements apparaissent suite au prélèvement. Il n'y a pas lieu de s'en inquiéter, ceux-ci s’arrêteront d'eux même après un ou deux jours.

Les techniques utilisées pour le prélèvement

Il existe à l'heure actuelle deux techniques de prélèvements pour le frottis cervico utérin de dépistage :

  • la méthode de prélèvement conventionnelle
  • la technique de prélèvement en milieu liquide

icone de la lettre iRemarque : les deux techniques sont remboursées par la sécurité sociale.

La technique traditionnelle

Aussi appelé frottis conventionnel, cette technique a été mise au point par George Nicholaus Papanicolaou (1183-1962) en 1943 et consiste à effectuer deux prélèvements puis à étaler les cellules superficielles récupérées sur deux lames de microscope distinctes avant d'être expédiées dans un laboratoire d'analyse.

Le premier prélèvement consiste à récupérer des cellules au niveau de la muqueuse de l'exocol et de la zone de jonction puis le second prélèvement permet de recueillir des cellules au niveau de la muqueuse de l'endocol.

Exocol et endocol pointé sur un schéma de l'utérus
©Sexoconseil

Le prélèvement en phase liquide

Le frottis en milieu liquide quant à lui est réalisé en prélevant en même temps des cellules de l’endocol, de la zone de jonction et de l’exocol à l'aide d'une brosse qui est ensuite placée dans un flacon contenant un liquide de conservation avant d'être envoyé au laboratoire où les cellules recueillies seront déposées en couche mince sur une lame.

Performance des deux techniques

Quelque soit la technique utilisée, le frottis nécessite toujours le prélèvement de cellules au niveau du col de l'utérus (exocol et endocol) et au niveau de la zone de jonction.

Par comparaison il semblerait que le prélèvement en milieu liquide présente plus d'avantages que d'inconvénients par rapport à son homologue conventionnel. En effet, dans le cas d'un frottis en milieu liquide le médecin n'a pas à étaler les cellules sur des lames, le prélèvement est plus simple et il est possible de réaliser le test HPV sur le même échantillon. Le seul inconvénient est le coût de ce dernier qui est plus élevé que le frottis de dépistage traditionnel.

« Par rapport au FCU conventionnel, la cytologie en milieu liquide n’améliore pas de manière nette les performances du test. Toutefois, elle a pour principal intérêt de réduire le nombre de FCU ininterprétables et permet également l’utilisation de méthodes semi-automatisées de préparation des lames ainsi que la réalisation d’un test pour la détection des HPV (Human papillomavirus) sur le même prélèvement. »
Dépistage du cancer du col de l'utérus en France, webzine de la HAS, 2013

Les résultats du frottis

Une fois l'analyse terminée, les résultats du frottis vous seront envoyés à votre adresse par simple courrier par le laboratoire qui a effectué l'analyse cytologique (lecture + interprétation). Si pour quelques raisons que ce soit vous ne désirez pas que ces résultats arrivent chez vous, il vous seront transmis directement par le médecin qui a effectué le frottis de dépistage. Un délai d'une dizaine de jours est parfois nécessaire avant de recevoir les résultats.

Si les résultats de votre examen sont anormaux, alors votre médecin vous contactera pour vous informer des examens complémentaires nécessaires à réaliser. Ce pourra être par exemple une colposcopie, une biopsie pour analyser la lésion etc…

point d'exclamation icone Attention En cas de suspicion d'anomalie suite à un frottis, il est important de pratiquer des examens complémentaires mais cela ne constitue absolument pas un diagnostic définitif. Un diagnostic ne pourra être établi qu'à la suite de ces examens complémentaires.

Si une MST est détectée à l’occasion du frottis de dépistage, un nouveau frottis devra être effectué une fois la MST traitée.

icone de la lettre iPour info : L'analyse des cellules collectées lors du frottis permet de classer les lésions selon le système de Bethesda. Plusieurs classifications ont été utilisées au fil du temps pour les lésions du col utérin. La première fut celle de Papanicolaou qui séparait en 5 classes la cytopathologie cervico vaginale mais fut abandonnée au profit du système Bethesda. On lui reprochait entre autre de ne pas tenir compte de la qualité du prélèvement. Cette classification de Bethesda existe depuis 1988 aux Etats-Unis et fut utilisée en France dix ans plus tard en 1998 suite à la recommandation de l'Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé (Anaes) . Elle fut réactualisée plusieurs fois en 1991, 2001 et 2002. Aujourd'hui, la terminologie de Bethesda 2001 est la référence pour formuler le compte rendu d'analyse cytologique des frottis cervico-utérins de dépistage et elle s'applique quelle que soit la technique utilisée pour réaliser le frottis.

Suis-je concernée par le frottis de dépistage ?

Le frottis concerne toutes les femmes âgées entre 25 et 65 ans vaccinées ou non, ménopausées ou non, ayant ou non une activité sexuelle et il doit être pratiqué à intervalle régulier.

Vous n'avez encore jamais eu de frottis ? sachez que les premiers doivent être effectués à 1 an d'intervalle et c'est après deux frottis normaux que la fréquence des frottis pourra être espacée et réalisée une fois tous les 3 ans et ce jusqu'à 65 ans.

Consultation gynécologique : découvrez comment se déroule le premier rendez vous chez le gynécologue

Pourquoi est-il important de faire des frottis régulièrement ? Souvent les cancers du col de l'utérus n'ont pas de pré symptômes et lorsqu'ils sont détectés par symptômes il est souvent à un stade déjà avancé. Le frottis, lui, permet de détecter des cancers à ses tout début c'est à dire à un stade où il est relativement facile de les soigner d’où l’intérêt de faire cet examen régulièrement et ce d'autant plus que cet examen est remboursé à 100% !

Pourquoi le frottis est-il recommandé à partir de 25 ans et pas avant ? Pourquoi une telle tranche d'âge ? Pourquoi pas avant 25 ans et après 65 ans ?

Tout simplement parce qu'avant 25 ans, le diagnostic d'un cancer du col de l'utérus chez une femme de moins de 30 ans est très rare et que le développement de ce cancer est très lent : l’évolution entre le stade précancéreux et le stade invasif prend plusieurs années à savoir entre 10 et 20 ans. De ce fait, avant 25 ans ce dépistage n'a pas lieu d'être systématique sauf cas bien spécifique.

icone de la lettre iRemarque : pour les jeunes filles âgées entre 11 et 14 ans, une vaccination contre le papillomavirus responsable des cancers du col de l'utérus est possible. Un rattrapage est possible jusqu'à 19 ans.

point d'exclamation icone Attention Le fait d'être vacciné contre le HPV ne permet pas de passer outre ce dépistage régulier par frottis. En effet, même si le vaccin offre une certaine protection contre les cancers du col de l'utérus, celle-ci n'est pas de 100% c'est pourquoi il est recommandé d'effectuer un frottis cervical en examen complémentaire.

Enfin, après 65 ans, le risque de développer ce cancer est moins fréquent. Cependant cela n’exclut pas pour autant le suivi gynécologique régulier !

A noter cependant que le dépistage par frottis cervico-utérin chez les femmes âgées de plus de 65 ans ne peut être interrompu que sous réserve que les deux précédents frottis aient été négatifs selon les recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Cancer et papillomavirus

Pour agir contre le cancer du col de l'utérus, il existe de nos jours deux moyens complémentaires :

  • Le premier étant la vaccination contre le HPV chez les jeunes filles de 11-14 ans avec possibilité de rattrapage jusqu'à19 ans inclus.
  • Le second étant le frottis de dépistage pour les 25-65 une fois tous les 3 ans qu'il y ait eu vaccination ou non.

point d'exclamation icone Attention Le préservatif ne permet pas de protéger à 100% contre le papillomavirus car celui-ci ne permet pas de couvrir l'ensemble des zones pouvant être contaminées par ce virus : scrotum chez l'homme, vulve et périnée chez la femme mais également la zone péri anale et l'anus chez les deux sexes.

Il existe plusieurs types de HPV qui sont responsables de lésions précancéreuses ou de carcinomes invasifs du col de l'utérus : « Les types HPV16 et 18 sont responsables de 70% de tous les carcinomes du col. Les types HPV 6 et 11 sont associés à 90% des cas de condylomes ano-génitaux. ».

Une vaccination contre le papillomavirus humain existe pour les souches les plus fréquentes ce qui explique pourquoi une personne vaccinée ne peut être dispensée du frottis de dépistage.

Sources

  • Dépistage du cancer du col de l'utérus en France webzine de la HAS, 10.12.2013.
  • Blanc Bernard, Le dépistage du cancer du col de l'utérus, Springer Verlag France, 2010.
  • Dépistage et prévention du cancer du col de l'utérus – Actualisation du référentiel de pratiques de l'examen périodique de santé, HAS, juin 2013.

avatar de l'auteur de l'articleCet article a été rédigé par Véronique Serre. Il a été mis en ligne le 15 février 2017.

Vous avez constaté une erreur, une coquille ou bien vous avez un complément d'information à apporter ? Vos remarques m'intéressent : contactez-moi en n'oubliant pas d'indiquer l'url de la page concernée !