Votre navigateur ne supporte pas javascript!

logo sexoconseil suivi d'un clavier avec un stéthoscope posé dessus

logo
icone maison
drapeau espagnolloupe

Condylomes

Les condylomes sont des infections d'origine virale. Le virus en cause est un papillomavirus dont la transmission est essentiellement génitale.

On appelle Papillomavirus une grande famille de HPV (pour Human Papillomavirus) qui compte plus de 200 sortes différentes. Certaines sont plus dangereuses que d'autres et toutes ne génèrent pas les mêmes symptômes. L'apparition des condylomes n'est pour ce virus que l'une des façons de se manifester, mais il peut aussi passer totalement inaperçu.

Ce virus se soigne généralement bien (et peut même souvent être éliminé par le système immunitaire de la personne infectée) tant qu'il est traité à temps, mais peut se montrer réellement dangereux s'il n'est pas correctement soigné. Pour les femmes, l'une des conséquences les plus graves peut être le cancer du col de l'utérus (dans moins de 1% des cas) : il est donc particulièrement indiqué de faire des frottis chaque année pour un meilleur dépistage.

Aspects cliniques

Les condylomes génitaux se présentent sous forme de verrues (ou excroissances) sur le col de l'utérus, le vagin, la vulve, l'anus, le pénis, le scrotum et plus rarement sur la fesse ou le pubis. Parfois,  ils sont discrets et ne se présentent que sous forme de petites taches sur les muqueuses génitales, ou sur la peau. Enfin parfois le virus responsable reste sous la peau ne donnant aucune lésion apparente.

Transmission, dépistage et conséquences de l'infection à Papillomavirus

Le plus souvent la transmission virale se fait par contact des muqueuses ou de la peau, lors des rapports sexuels. Une transmission non sexuelle est également possible par contact avec des objets contaminés (linges sales, objets de toilette, godemichets...). Par contre les verrues cutanées sur les mains sont dues à des papillomavirus un peu différents et ne se transmettent pas au niveau sexuel.

Toute personne, homosexuelle ou hétérosexuelle, quelque soit son âge,  peut être atteinte de condylomes génitaux.

La période d'incubation, c'est à dire la durée entre la contamination et l'apparition des premiers signes, est assez longue, de plusieurs semaines à plusieurs mois, voire plusieurs années. Une personne qui n'a plus d'activité sexuelle, depuis un certain temps, peut voir apparaître des condylomes alors qu'elle n'a plus de rapport sexuel. Il est donc toujours difficile de savoir exactement quel est le partenaire qui vous a transmis cette infection si vous avez eu plusieurs partenaires dans les mois précédents.

Sachez aussi que certaines personnes ont des défenses immunitaires importantes et ne seront pas infectées, même en contact avec le virus, mais qu'elles pourront le transmettre au partenaire, qui se trouvera ainsi infecté.

En dehors des lésions apparentes visibles à l'œil nu, ce n'est qu'un examen gynécologique qui permettra de faire le diagnostic, aidé par le frottis du col utérin. Chez l'homme, le dépistage se fera également au cours d'un examen médical en appliquant de l'acide acétique sur la verge.

Chez la femme, les condylomes du col utérin peuvent être responsables d'un cancer du col utérin mais celui-ci ne surviendra que plusieurs années après l'apparition des premiers symptômes, d'où l'intérêt de faire pratiquer des frottis du col utérin régulièrement pour un dépistage précoce.

Traitement et prévention

Plusieurs types de traitements sont utilisés pour traiter les condylomes, suivant la localisation et l'importance des lésions : Application locale de podophylline, cryothérapie, électrocoagulation, laser ou excision.

Des médicaments stimulant l'immunité sont souvent ajoutés à ces traitements.

Durant le traitement, et tant que les lésions n'ont pas disparues, il est préférable d'éviter les rapports sexuels.

Une fois le traitement terminé, si les lésions ont disparues et ne réapparaissent pas durant les six mois à venir, vous pouvez vous considérer comme guéri, mais durant ces six mois il sera indispensable d'utiliser des préservatifs lors des rapports sexuels.

Après traitement il faudra consulter régulièrement son médecin.

Rappelons que la seule prévention des infections à papillomavirus reste le préservatif. Les gels spermicides ou mousses spermicides ne protègent pas contre cette IST.

Pour terminer, sachez qu'il est indispensable si vous savez que vous avez des condylomes, de le dire à votre partenaire car la transmission d'un partenaire à l'autre se fait assez facilement même si vous n'avez qu'un seul rapport sexuel avec ce partenaire.

 


Vos questions, nos réponses :

Questions et réponses sur les condylomes