Votre navigateur ne supporte pas javascript!

logo sexoconseil suivi d'un clavier avec un stéthoscope posé dessus

logo
icone maison
drapeau espagnolloupe

La pilule oestroprogestative, un moyen de contraception moderne

La pilule oestroprogestative également appelée pilule combinée est un contraceptif hormonal oral qui contient à la fois un oestrogène et un progestatif de synthèse.

Ce mode de contraception orale, simple d'utilisation et peu contraignant (excepté la posologie qui passe par une prise quotidienne), a été mis au point dans les années 1960 aux Etats-Unis, puis a été mise à la disposition en France en 1967, date à laquelle l'utilisation de contraceptifs a été légalisé.

Son efficacité et sa simplicité lui ont valu un rapide succès auprès des populations féminines de tous âges, si bien qu'aujourd'hui plus de 60% des femmes sexuellement actives ont recours à la pilule contraceptive pour réguler leur fécondité.

De nos jours, il existe plus d'une cinquantaine de pilules oestroprogestatives différentes mais toutes contiennent de l'ethinylestradiol, un oestrogène de synthèse dont le dosage varie de 0,015mg à 0,05mg par comprimé selon les pilules.

Si la quantité d'ethinylestradiol est égale à 0,05mg, on parlera de pilule normodosée comme Stediril et si la quantité d'ethinylestradiol est inférieure à 0,04mg on parlera de pilule minidosée. Parmi ces deux catégories de pilules oestroprogestatives certaines sont monophasiques c'est à dire que tous les comprimés contiennent la même quantité d'hormones et ils sont de la même couleur. Les pilules Jasmine, Minidril, Leeloo et Lovavulo, etc... sont des pilules minidosées monophasiques.

D'autres pilules sont biphasiques ou triphasiques c'est à dire que tous les comprimés de la plaquette ne contiennent pas le même dosage d'hormones et sont de 2 couleurs différentes pour les pilules biphasiques comme Adepal et son générique Pacilia et de 3 couleurs pour les pilules triphasiques comme Trinordiol, Triella et Triafemi, etc...

La pilule oestroprogestative bien qu'elle souffre d'un certain nombre de contre indications et d'effets secondaires reste relativement bien tolérée même si parfois il est nécessaire d'essayer plusieurs pilules avant de trouver celle qui convient le mieux. Enfin, il faut savoir que la pilule a l'avantage de rendre les cycles menstruels réguliers avec des périodes de règles plus courtes, moins abondantes et moins douloureuses.

Mode d'action :

La pilule oestroprogestatif agit à trois niveaux à savoir blocage de l'ovulation, modification de l'endomètre empêchant la nidation et modification de la glaire cervicale empêchant les spermatozoïdes de franchir le col de l'utérus.

Effets indésirables :

Les effets indésirables les plus souvent observés lors de l'utilisation de la pilule oestroprogestative sont des nausées, des maux de tête, des douleurs mammaires, de l'acné, des prises de poids. En début de contraception il est possible d'observer une irrégularité des premiers cycles ainsi que des saignements entre les règles (phénomène de spotting). Ces effets indésirables n'existent pas chez toutes les femmes et disparaissent généralement en quelques cycles. Cependant, si ces effets indésirables persistent, il faut consulter votre gynécologue afin de changer éventuellement de pilule.

Contre-indications :

La pilule oestroprogestative est contre indiquée en cas d'accidents ou d'antécédents thromboemboliques artériels (infarctus du myocarde, AVC...) ou veineux (phlébite, embolie pulmonaire...), d'hypercholestérolémie, d'hypertension artérielle, de diabète, de tumeurs malignes du sein ou de l'utérus, d'affections hépatiques sévères ou récentes, d'hémorragies génitales inexpliquées, d'hypersensibilité au composant actif du contraceptif, de grossesse, etc...

Enfin, le tabagisme est également une contre indication à la prise de la pilule oestroprogestative. En effet, l'association du tabac avec la pilule a pour conséquence d'augmenter les risques d'embolie et de thrombose chez les femmes de plus de 35 ans.

En cas de grossesse :

La pilule oestroprogestative n'est pas indiquée au cours de la grossesse. Une éventuelle grossesse doit être écartée avant de commencer cette pilule. Si une grossesse apparaît lors de l'utilisation de la pilule œstroprogestative suite à un oubli alors il faudra prévenir son gynécologue et arrêter immédiatement la prise de la pilule. Si le désir de grossesse est présent alors celle-ci pourra être poursuivie normalement.

Réversibilité :

L'effet contraceptif de la pilule oestroprogestative est réversible dès son arrêt. Il est possible d'observer une aménorrhée temporaire (absence de règle) à l'arrêt de la pilule.

Efficacité :

L'efficacité de la pilule oestroprogestative est bonne dans son usage courant sans oubli de prise. Avec un indice de Pearl de 0,3 soit moins de 1 risque de grossesse pour 100 femmes durant un an, elle est l'un des moyens de contraception le plus efficace juste après le stérilet hormonal et l'implant contraceptif.

Utilisation et pose - Généralités :

La pilule oestroprogestative doit être prise régulièrement sans oubli tous les jours à la même heure de la journée durant 21 jours ou 28 jours selon la pilule utilisée.

Si la plaquette contient 21 comprimés, la prise s'étalera sur 21 jours consécutifs suivie d'une période de 7 jours sans pilule. Les règles (hémorragie de privation) apparaissent en général 2 à 4 jours après la prise du dernier comprimé. La plaquette suivante devra être entamée après exactement 7 jours d'arrêt soit le 8ème jour que les règles soient finies ou non.

Si la plaquette contient 28 comprimés, la prise s'étalera sur 28 jours consécutifs sans période d'arrêt entre deux plaquettes. Il existe deux sortes de pilules composées de 28 comprimés : Celles qui contiennent 21 comprimés actifs et 7 comprimés placebo sans substance active comme Varnoline continu et Jasminelle continu et celles qui contiennent 24 comprimés actifs et 4 comprimés placebo comme Yaz, Minesse et Melodia qui font partie de la dernière génération de pilules minidosées.

Utilisation et pose - Cas particuliers :

Pour une toute première utilisation :

Le premier comprimé doit être pris le premier jour des règles afin que la pilule soit efficace immédiatement et durant la période d'arrêt de 7 jours. Il est également possible de débuter la pilule œstroprogestative entre le 2ème et le 5ème jour des règles. Dans ce cas, la pilule ne sera pas efficace immédiatement et il sera indispensable d'utiliser un autre moyen de contraception comme le préservatif durant les 7 premiers jours de la pilule. Si le 5ème jour des règles est dépassé, le commencement de la pilule devra se faire au prochain cycle.

Si vous utilisiez une contraception hormonale à base d'oestrogène et de progestérone :

Si la prise de la pilule oestroprogestative se fait en relais d'une autre pilule œstroprogestative ou combiné alors le premier comprimé de la nouvelle pilule devra être pris le lendemain du jour où s'est fait la prise du dernier comprimé contenant les principes actifs ou au plus tard le lendemain de la période sans comprimé ou avec comprimé placebo selon le type de pilule précédemment utilisée.

Si la prise de la pilule œstroprogestative se fait en relais d'un anneau vaginal ou d'un patch contraceptif alors le premier comprimé devra être pris le jour du retrait de l'anneau ou du patch ou au plus tard le jour prévu pour la nouvelle pose.

Si vous utilisiez une contraception hormonale à base de progestérone :

Si la première prise de la pilule oestroprogestative se fait en relais d'une contraception hormonale progestative, le premier comprimé de la nouvelle pilule devra être pris le lendemain de l'arrêt de la pilule progestative qui pourra se faire à tout moment du cycle. Une autre méthode de contraception tel que le préservatif devra être associée à la pilule durant les 7 premiers jours.

Si la contraception précédemment utilisée était un implant alors le relais doit se faire le jour du retrait de l'implant et s'il s'agissait d'un contraceptif injectable alors le relais doit se faire le jour prévu pour l'injection suivante. A noter que quelque soit la contraception précédente utilisée, il est fortement recommandé d'associer un autre moyen de contraception durant les 7 premiers jours d'utilisation du nouveau contraceptif.

Si vous venez de subir un avortement ou fausse couche au cours du 1er trimestre :

Le commencement de la pilule oestroprogestative pourra se faire immédiatement et l'association d'un autre moyen de contraception ne sera pas nécessaire.

Si vous venez de subir un avortement du 2ème trimestre :

La première prise devra se faire entre le 21ème et le 28ème jour qui suit l'avortement. Si la prise est commencée plus tard alors il faudra associer un autre moyen de contraception comme le préservatif durant les 7 premiers jours.

Si vous venez d'accoucher et vous allaitez :

Après un accouchement avec allaitement, il est déconseillé de commencer la pilule oestroprogestative avant que la période d'allaitement soit terminée et le bébé sevré. Les hormones contenues dans la pilule œstroprogestative peuvent influer sur la quantité et la qualité du lait maternel. La substance active contenue dans la pilule passe dans le lait maternel et peut avoir un effet sur l'enfant c'est pourquoi la pilule œstroprogestative ne doit pas être prise durant la période d'allaitement.

En cas d'oubli d'un ou de plusieurs comprimés :

Si l'oubli a eu lieu dans les 12 heures qui suivent l'heure habituelle de prise du comprimé, il faut prendre immédiatement le comprimé qui a été oublié et continuer normalement la prise de la pilule en prenant à l'heure habituelle le comprimé suivant.

Si l'oubli a eu lieu plus de 12 heures après l'heure habituelle de prise du comprimé, l'efficacité de la pilule est compromise et il faut prendre immédiatement le comprimé oublié même si cela implique la prise de 2 comprimés le même jour ou en même temps. La prise de la pilule devra ensuite être continuer normalement jusqu'à la fin de la plaquette en cours.

En cas de rapports sexuels, un autre moyen de contraception devra être associé durant les 7 jours qui suivent l'oubli du comprimé. Si ces 7 jours sont à cheval sur la fin de la plaquette et la période d'arrêt de la pilule alors il sera nécessaire d'entamer la plaquette suivante sans observer la période de 7 jours sans pilule. Dans ces conditions il est probable qu'il n'y ait pas de période de règles mais qu'un phénomène de spottings (saignements irréguliers) soit observé. A noter que si à la fin de la deuxième plaquette les règles ne surviennent pas durant la période d'arrêt de 7 jours de la pilule, il sera alors nécessaire d'exclure une éventuelle grossesse avant de reprendre la pilule.

En cas de vomissements :

En cas de vomissements ou de diarrhées sévères, il est possible que l'absorption du comprimé ne soit pas totale et dans ce cas l'efficacité du contraceptif peut être compromise.

Si les vomissements ont eu lieu dans les 3 à 4 heures après la prise de la pilule, un nouveau comprimé devra être pris dès que possible et au plus tard dans les 12 heures qui suivent l'heure de la prise habituelle. Si les 12 heures sont dépassées, il sera nécessaire de reprendre un nouveau comprimé et, en cas de rapports sexuels, d'utiliser simultanément un autre moyen de contraception comme les préservatifs ou les spermicides jusqu'à la plaquette suivante.

A noter que dans le cas où la pilule utilisée est biphasique ou triphasique le nouveau comprimé devra être pris sur une autre plaquette et il devra être de la même couleur que celui qui a été pris avant les troubles gastro-intestinaux.

La consultation préalable et les visites de contrôle :

La prise de la pilule oestroprogestative entraîne obligatoirement un bilan médical avant la première utilisation. Une visite de contrôle doit être effectuée à intervalle régulier afin de s'assurer que la pilule utilisée convient parfaitement à l'utilisatrice. Si la pilule ne convient pas, une autre pilule pourra être prescrite.

Trouver la pilule qui convient le mieux peut prendre du temps et il faut garder à l'esprit qu'une pilule qui vous conviendra ne sera pas forcément celle qui conviendra à votre sœur ou à votre meilleure amie. En effet, le choix entre toutes les pilules est fonction de plusieurs facteurs qui seront déterminés par le médecin lors de la consultation avant la première utilisation mais aussi au cours des différentes consultations de surveillance.

Le prix de cette contraception :

Parmi les nombreuses pilules oestroprogestatives vendues en France toutes ne sont pas remboursées par la sécurité sociale. Pour celles qui le sont, leurs prix varient généralement entre 1,65€ et 2,90€ pour une boite de 21 comprimés.

 


Pour en savoir plus :

La pilule contraceptive

La pilule progestative

Vos questions, nos réponses :

Les différentes pilules contraceptives

La pilule et les rapports sexuels

Les problèmes des femmes sous pilule