Votre navigateur ne supporte pas javascript!

logo sexoconseil suivi d'un clavier avec un stéthoscope posé dessus

logo
icone maison
drapeau espagnolloupe

Pilule progestative

Quelle pilule choisir parmi toutes les variantes existant sur le marché ? Faut-il opter pour une pilule oestroprogestative, ou simplement progestative ? Quelles sont les contre-indications et autres effets indésirables ? Lumière sur la pilule progestative, ou « microdosée », aujourd'hui choisie par un très grand nombre de femmes de tous âges.

La pilule progestative est un contraceptif oral qui se caractérise par le fait qu'il ne contient qu'une seule hormone, un progestatif de synthèse.

Ce moyen de contraception porte également les noms de pilule microprogestative et pilule microdosé car il ne contient qu'une très faible quantité de progestatif.

Par exemple, dans le cas de la pilule Cerazette elle contient 0,075mg de Désogestrel et Microval contient 0,03mg de Lévonorgestrel. La composition des comprimés de la plaquette de la pilule progestative est identique pour les 28 jours.

Afin qu'elle soit efficace, il est nécessaire de veiller à la prendre tous les jours (sans exception), à la heure fixe.

Mode d'action :

Son mode d'action consiste à modifier l'endomètre et la glaire cervicale pour empêcher respectivement la nidation et le franchissement du col de l'utérus par les spermatozoïdes. Un blocage de l'ovulation peut également être possible selon la pilule progestative utilisée.

Effets indésirables :

Les effets indésirables connus sont le plus souvent des maux de tête, des nausées, des douleurs ou tensions mammaires, des prises de poids et de l'acné. Lors de son utilisation pour la première fois, il est possible d'observer une irrégularité dans les premiers cycles ainsi que des saignements entre les règles.

Contre-indications :

Elle ne doit pas être utilisée en cas d'accidents thromboemboliques veineux (phlébite, embolie pulmonaire...), d'hépatite ou d'antécédent, d'insuffisance hépatique, de certains cancers du sein, de l'utérus ou de l'endomètre, de kystes ovariens, d'hémorragies génitales inexpliquées, d'hypersensibilité au composant actif du contraceptif, de grossesse, etc...

En cas de grossesse :

Si une grossesse apparaît lors de l'utilisation de la pilule progestative du fait d'un retard dans la prise ou d'un oubli alors il faudra prévenir son gynécologue et arrêter immédiatement le contraceptif. Si le désir de grossesse est présent alors celle-ci pourra être poursuivie normalement.

A noter que si la prise du contraceptif n'a pas été rigoureuse et qu'une absence de règles est observée durant deux cycles consécutifs, il sera nécessaire d'écarter une éventuelle grossesse. Si la grossesse est avérée, l'utilisation du contraceptif devra être stoppée.

Réversibilité :

Son effet contraceptif est réversible dès son arrêt. Le retour à une fertilité normale se fait sans retard significatif.

Efficacité :

Pour être efficace, elle doit être absolument prise de façon régulière et sensiblement aux même heures tous les jours. En effet, une prise décalée de quelques heures la rend inactive. En comparaison avec la pilule œstroprogestative, l'efficacité de la pilule progestative est moindre.

Utilisation et pose - Généralités :

Elle doit être prise tous les jours à la même heure sans interruption entre 2 plaquettes. Il est important qu'elle soit prise rigoureusement à la même heure tous les jours afin d'être efficace.

Utilisation et pose - Cas particuliers :

Pour une toute première utilisation :

Le premier comprimé doit être pris le premier jour des règles afin qu'elle soit efficace immédiatement. Il est également possible de la débuter entre le 2ème et le 5ème jour des règles. Dans ce cas, elle ne sera pas efficace immédiatement et il sera indispensable d'utiliser un autre moyen de contraception comme le préservatif durant les 7 premiers jours de la pilule.

Le premier comprimé de la plaquette suivante devra être pris obligatoirement le lendemain de la fin de la plaquette précédente. Autrement dit, il ne faut observer aucune interruption entre 2 plaquettes. Cette contraception doit être prise tous les jours de l'année.

Si vous utilisiez un contraceptif hormonale à base d'œstrogène et de progestérone :

Si la prise se fait en relais d'une contraception hormonale combinée alors le premier cachet de la plaquette devra être pris le lendemain du jour où s'est fait la prise du dernier comprimé contenant les principes actifs.

Si la prise se fait en relais d'un anneau vaginal ou d'un patch contraceptif, le premier cachet devra être pris le jour du retrait de l'anneau ou du patch.

Si vous utilisiez un contraceptif hormonal à base de progestérone :

Si la première prise se fait en relais d'une contraception hormonale progestative, le premier comprimé de la plaquette pourra être pris n'importe quel jour sans interruption entre les comprimés.

Si la contraception précédemment utilisée était un implant, le relais doit se faire le jour du retrait de l'implant et s'il s'agissait d'un contraceptif injectable alors le relais doit se faire le jour prévu pour l'injection suivante.

A noter que quelque soit le contraceptif précédent utilisé, il est fortement recommandé d'associer un autre moyen de contraception durant les 2 premiers jours d'utilisation du nouveau contraceptif.

Si vous venez de subir un avortement du 1er trimestre :

Le commencement de la pilule progestative devra se faire immédiatement après l'intervention et l'association d'un autre moyen de contraception ne sera pas nécessaire.

Si vous venez de subir un avortement du 2ème trimestre :

La première prise devra se faire entre le 21ème et le 28ème jour qui suit l'avortement. Si la prise est commencée plus tard, il faudra associer un autre moyen de contraception comme le préservatif durant les 7 premiers jours.

Si vous venez d'accoucher et vous allaitez :

Après un accouchement, il est possible de commencer la pilule progestative avant le retour des règles. Il est cependant tout de même conseillé de la commencer entre le 21ème et le 28ème jour qui suit la naissance. Si le commencement se fait plus tard, il faudra lui associer l'utilisation d'un autre moyen de contraception durant les 7 premiers jours.

Le passage dans le lait maternel de la substance active est faible, il est donc possible d'allaiter durant l'utilisation de pilule progestative.

En cas d'oubli d'un comprimé :

En cas d'oubli d'un comprimé de moins de 3 heures pour Microval et de moins de 12 heures pour la  Cerazette, il faut prendre immédiatement le comprimé oublié et poursuivre la prise du contraceptif à l'heure habituelle.

Si l'oubli date de plus de 3 heures pour Microval et de plus de 12 heures pour Cerazette, le comprimé oublié devra être pris immédiatement et un autre moyen de contraception devra être utilisé pendant au moins 7 jours. Le comprimé suivant devra être pris à l'heure habituelle même si cela impose la prise simultanée de deux comprimés.

A noter que si cet oubli a lieu pendant la toute première semaine d'utilisation et qu'il y a eu des rapports sexuels durant les 7 jours précédant le début du traitement alors il existe un risque de grossesse.

En cas de vomissements :

Si dans les 3 à 4 heures qui suivent la prise, des vomissements ou une diarrhée importante surviennent, il est possible que l'absorption du comprimé ne soit pas totale, il sera donc nécessaire d'en prendre un autre.

Si les troubles apparaissent plus de 4 heures après la prise ou s'ils persistent, l'efficacité de la pilule progestative n'est plus assurée et il sera nécessaire d'utiliser un autre moyen de contraception durant tout le cycle en cours.

La consultation préalable et les visites de contrôle

Il est indispensable d'effectuer un bilan clinique et gynécologique avant toute prise de la pilule progestative. Une surveillance médicale, avec examen des seins, de l'utérus et frottis vaginaux, devra être ensuite réalisée à intervalle régulier. Cette surveillance devra être accentuée en cas d'antécédent d'infection des trompes et de grossesse extra-utérine, d'accidents thromboembolique, de diabète, de jaunisse chronique.

Le prix de cette pilule

Il est variable selon la pilule choisie. En effet, dans le cas de Microval la boite de 28 comprimés coûte moins de 2€ alors que Cerazette coûte dans les 30€ pour 28 jours. De plus, Microval est remboursée par la sécurité sociale à hauteur de 65%, Cerazette ne l'est pas.

 


Pour en savoir plus :

La pilule contraceptive

La pilule oestroprogestative

Vos questions, nos réponses :

Les différentes pilules contraceptives

La pilule et les rapports sexuels

Les problèmes des femmes sous pilule