Votre navigateur ne supporte pas javascript!

logo sexoconseil suivi d'un clavier avec un stéthoscope posé dessus

logo
icone maison
drapeau espagnolloupe

Pratiques à risques et prévention

La prévention du virus du sida et des MST ou IST réside essentiellement dans une meilleure connaissance des risques de contamination et des moyens de protection.

L'utilisation du préservatif (masculin ou féminin) est à l'heure actuelle le meilleur moyen de se prémunir contre le SIDA et la plupart des autres maladies sexuellement transmissibles.

Mais ce virus n'utilise pas que les voies sexuelles pour se propager, et passe aussi par les transferts sanguins, avec notamment l'échange de seringues lors de prises de drogues.

Quelles sont les pratiques à risque ?

Une pratique est considérée comme risquée lorsqu'une contamination est possible lors de cette pratique.

Ces pratiques peuvent être :

Un rapport sexuel vaginal ou anal non protégé avec une personne atteinte par le VIH

Un rapport oro-génital ou oro-anal non protégé avec une personne atteinte par le VIH

Un rapport oro-génital ou oro-anal non protégé avec une personne dont la santé sexuelle est inconnue.

Un rapport sexuel vaginal ou anal non protégé avec une personne dont la santé sexuelle est inconnue.

L'utilisation d'un même sex toy entre différents partenaires sans certitude de leur santé sexuelle.

Le partage de seringue lors d'une injection intraveineuse de drogue.

A noter que le mode de transmission le plus fréquent du virus du sida est la relation sexuelle, avec pénétration vaginale ou anale, sans protection. Gardez toujours à l'esprit qu'UN SEUL rapport sexuel avec une personne séropositive est suffisant pour être contaminé !

Comment éviter d'être contaminé par le VIH ?

Par pénétration vaginale ou anale :

Dès qu'il y a un contact direct entre les muqueuses (vaginales ou anales) et des sécrétions sexuelles (sécrétions vaginales, liquide pré séminal) ou du sang, une contamination peut avoir lieu. Le risque  est plus important lors des premiers rapports sexuels, mais il est également supérieur si le rapport a lieu pendant les règles de la partenaire, ou si le rapport sexuel est contraint et réalisé avec force. Enfin, l'infection par une MST ou IST d'un des partenaires, ou des deux, est un facteur aggravant.

Afin d'éviter la transmission du virus du sida (ou de MST ou IST en général), lors de la pénétration vaginale ou anale, il est indispensable d'utiliser un préservatif. En effet, aujourd'hui, il reste le seul moyen efficace de se protéger contre les différentes maladies ou infections sexuellement transmissibles.

Bien évidemment, pour que le préservatif soit efficace, celui-ci doit être utilisé correctement. Il doit être mis en place avant toute tentative de pénétration et être retiré avant la fin de l'érection, afin d'éviter des fuites de sperme. De plus, il doit être adapté à la taille du pénis et l'utilisation de lubrifiants à base de corps gras, comme la vaseline, doit être absolument évitée.

L'utilisation du préservatif doit être systématique jusqu'à ce que la relation entre les deux partenaires soit stable et, que les deux partenaires soient absolument surs de ne pas être infectés par le virus du sida, ou par d'autres MST ou IST. Si ces conditions sont respectées et si les deux partenaires sont fidèles entre eux, alors l'abandon de ce contraceptif dans le couple peut être envisagé. Il ne faut cependant pas oublier que si l'un des deux partenaires, ou les deux, ont des rapports avec d'autres partenaires sans se protéger alors le danger de contamination dans le couple est de nouveau présent !

A noter que, selon des études réalisées en Afrique entre 2005 et 2007, la circoncision diminuerait de beaucoup le risque de contamination pour le partenaire masculin lors de rapports avec une personne séropositive. En revanche, il semblerait que la circoncision d'un homme séropositif ne limiterait pas les risques de transmission au partenaire.

Sachez que l'utilisation de sex toys peut présenter un risque de contamination du VIH s'il est utilisé par plusieurs personnes au cours d'un même rapport. Il est donc indispensable, lorsque la santé sexuelle des différents partenaires n'est pas connues ou incertaines, d'utiliser un préservatif sur chaque sex toy utilisé et de le changer entre chaque partenaire.

Enfin, il faut savoir que chez une personne sous traitement, il existe toujours une possibilité pour le partenaire d'être contaminer même si le danger est diminué. Le maintien de l'utilisation du préservatif est donc de rigueur dans ce cas.

Par fellation, cunnilingus et anulingus :

Bien que que la probabilité de transmettre le virus du sida par contact direct entre la bouche et le pénis lors d'une fellation, entre la bouche et la vulve lors d'un cunnilingus, ou entre la bouche et l'anus lors d'un anulingus, soit plus faible que lors d'une pénétration vaginale ou anale non protégée, le risque n'est pas pour autant nul.

Lors d'une fellation, un risque  existe pour les deux partenaires, à savoir aussi bien pour celui qui pratique la fellation, que pour celui qui reçoit la fellation. De plus, il semble être augmenté s'il y a éjaculation de sperme dans la bouche de celui qui réalise la fellation.

Le danger lors de cunnilingus semble plus faible que lors de la fellation et semble également être limité à la personne qui pratique le cunnilingus, notamment si celle-ci a des plaies dans la bouche ou, si le cunnilingus est réalisé en période de règles. Là encore, la probabilité d'une contamination  n'est pas pour autant nul.

A noter que la présence de sang dans la bouche, ou de lésions buccales augmente les risques de transmission du virus. De ce fait, il faut éviter de se brosser les dents avant de pratiquer une fellation, un cunnilingus ou un anulingus afin d'éviter de fragiliser les gencives.

Tout comme pour les rapports avec pénétration vaginale ou anale, seul le préservatif est efficace contre la transmission du virus du sida ou d'autres maladies sexuellement transmissibles. Lorsqu'il est utilisé lors de rapports oro-génitaux, il permet d'éviter le contact direct entre les muqueuses buccales et les sécrétions corporelles (sperme, sécrétions vaginales, sang) pouvant être contaminées. Une digue dentaire ou un préservatif coupé dans le sens de la longueur peut être utilisé pour se protéger lors de la pratique du cunnilingus ou de l'anulingus.

Par voie intraveineuse lors de l'usage de drogue :

Les risques de transmission du virus sont bien réels lors de l'échange de seringues pour une injection intraveineuse de drogue. De ce fait, il est indispensable, d'utiliser uniquement du matériel stérile et à usage unique pour chaque injection. Les seringues et tout le matériel nécessaire à l'injection ne doivent absolument jamais être partagés.

Enfin n'oubliez pas qu'un dépistage systématique du VIH après chaque pratique à risque est essentielle dans la prévention du virus du sida.

 


Vos questions, nos réponses :

Questions et réponses sur le virus du sida