Votre navigateur ne supporte pas javascript!

entête sexoconseil - femme en tailleur méditant

logo
icone maison
drapeau espagnol loupe

Les trompes de Fallope : méconnues et pourtant indispensables à la reproduction

Les trompes de Fallope font partie des organes sexuels féminins et portent le nom de l'anatomiste italien Gabriel Fallope qui les a décrites pour la première fois. Elles sont au nombre de deux et sont également connues sous le nom de trompes utérines ou tubes utérins. Elles ont un rôle fondamental dans la reproduction et peuvent parfois être le siège d'affections pouvant conduire à une stérilité.

Que sont les trompes de Fallope ?

Ce sont deux conduits ou tubes qui relient chacun des deux ovaires à l'utérus. Ces conduits mesurent de 10 à 14 cm de long et ont un diamètre d'environ 3mm.

schéma trompes
Les trompes dans l'appareil génital féminin © Alexilus - Fotolia.com

D'un point de vue anatomique, chacune est composée de 4 parties : la partie utérine, l'isthme, l'ampoule et le pavillon (infundibulum).

La partie utérine se situe dans le myomètre ou tunique musculeuse de la paroi utérine. Elle mesure environ 1 cm de long et possède un diamètre de 0.2 mm.

L'isthme est situé dans le prolongement de la partie utérine. Il est cylindrique et sa longueur est de 3 cm et son diamètre de 2 mm.

schéma d'une trompe
Schéma de l'anatomie des trompes de la femme © Sexoconseil

L'ampoule tubaire fait suite à l'isthme et est en rapport avec l'ovaire. Elle mesure 7 cm de long et 8 mm de diamètre.

L'infundibulum ou pavillon est la partie la plus mobile de cet organe. Il a une forme d'entonnoir et est bordé de 10 à 15 franges qui recouvrent l'ovaire permettant une meilleure réception de l'ovule lors de l'ovulation.

Remarque : en cas d'infection, les bords des franges se regroupent provoquant la disparition de la perméabilité tubaire conduisant ainsi à une stérilité.

Les faits : plus de 25% des infertilités féminines sont dues à une altération de la perméabilité des trompes

Quel est le rôle des trompes utérines ?

La fonction ou le rôle principal des trompes de la femme est d'acheminé, lors de l'ovulation, l'ovule libéré par l'ovaire vers l'utérus : l'ovule est capté par le pavillon, puis transporté à l'intérieur de la trompe grâce aux cils qui tapissent sa paroi interne.

Généralement, la rencontre de l'ovule et du spermatozoïde a lieu à l'intérieur de la trompe dans le premier tiers. Les trompes de Fallope sont donc le lieu de la fécondation.

Remarque : si une des deux trompes est incapable de fonctionner correctement, la fertilité ne s'en retrouve pas pour autant affectée du simple fait que l'autre trompe fonctionne toujours et la fécondation est alors encore possible.

Cependant, il arrive parfois qu'un ovule fécondé débute son développement dans la trompe. On parle alors de grossesse extra-utérine (grossesse tubaire) car implantée à l'extérieur de l'utérus et qui, de ce fait, ne pourra pas se poursuivre.

Comment examiner les trompes ?

L'examen gynécologique normal ne permet pas en principe d’apprécier l'état des trompes de Fallope. En effet, lors d'un examen classique de palpation, il est impossible pour le gynécologue de sentir ces organes. S'il est en mesure de le faire alors cela signifie qu'elles ont anormalement grossi probablement dû à une infection.

Pour véritablement connaître l'état des trompes, il faudra pratiquer une hystérographie ou plus exactement une hystérosalpingographie. Cet examen permet de révéler la perméabilité des trompes grâce à l'injection d'un produit de contraste mais également de visualiser l'aspect interne des trompes et ainsi mettre en évidence la présence d'une adhérence ou d'une obstruction conséquente à une infection non traitée.

Une coelioscopie peut aussi être pratiquée. Elle permet d'avoir un aperçu de l’intérieur de la cavité abdominale et donc d'apprécier l'aspect extérieur des organes génitaux internes de la femme comme l'utérus, les trompes de Fallope, les ovaires. Elle permet aussi de vérifier la présence de lésions d'endométriose.

Quelles sont les pathologies possibles ?

Les trompes de Fallope peuvent être le siège de plusieurs affections ; parmi celles-ci on peut citer :

  • la salpingite qui est une inflammation des trompes d'origine infectieuse. La bactérie Chlamydia trachomatis en est le plus souvent responsable.
  • le phimosis tubaire. Il s'agit de l'obstruction d'une ou des deux trompes due à un accolement des franges pavillonnaires. Souvent conséquent à une salpingite mal ou non soignée il est sans symptôme et est généralement découvert lors d'un bilan de stérilité.
  • l'hydrosalpinx correspond à une trompe bouchée anormalement dilatée par la présence d'un liquide à l’intérieur de celle-ci. Il s'agit d'une complication de la salpingite lorsqu'elle n'a pas été soignée.
  • le pyosalpinx est une complication de l'hydrosalpinx dans lequel le liquide présent dans la trompe devient purulent.

Le traitement de ces différentes maladies va dépendre du type de pathologie. Le traitement de la salpingite consiste en la prise d'antibiotique, il repose donc sur un traitement médicamenteux. En revanche, dans la plupart des autres cas le traitement est chirurgical.

La stérilisation tubaire, qu'est ce que c'est

Lorsqu'une femme décide qu'elle ne veut plus avoir d'enfant, il est alors possible de procéder à une stérilisation tubaire. Différentes techniques peuvent être utilisées telle que la ligature des trompes de Fallope qui nécessite un acte chirurgical ou, la méthode Essure qui elle est non chirurgicale. Il est important que cette stérilisation soit considérée comme définitive bien qu'une reperméabilisation est possible mais avec un pourcentage de succès extrêmement faible.

Remarque : en cas de regret, une fécondation in vitro peut éventuellement être envisageable pour contourner cette stérilisation

Il a été mis à jour pour la dernière fois le 28 septembre 2018.