Votre navigateur ne supporte pas javascript!

entête sexoconseil - femme en tailleur méditant

logo
icone maison
drapeau espagnolloupe

Le cycle hormonal de la femme : les différentes phases expliquées

Le cycle hormonal qui est responsable du déroulement du cycle menstruel, de l'ovulation et de l'apparition des règles est un processus assez mal connu des femmes. En effet, très peu d'entre elles connaissent les hormones qui commandent leur cycle alors qu'elles connaissent assez bien le déroulement général de ce phénomène cyclique.

Pour comprendre le déroulement hormonal, sans trop rentrer dans des détails physiologiques, il faut d'abord savoir qu'il existe quatre acteurs principaux qui régissent les différentes phases du cycle.

Rappelons également que ce dernier débute le premier jour des règles et se termine le premier jour des règles suivantes. La ponte ovulaire, quant à elle, a lieu, généralement, 14 jours avant le début des règles suivantes.

Le premier acteur, et le plus important, est l'hypothalamus, petite structure nerveuse, non glandulaire, située au centre du cerveau qui reçoit des messages provenant de l'environnement extérieur de la femme, de sa sphère émotionnelle, mais aussi des messages provenant des sécrétions hormonales qui circulent dans le sang et, en particulier, des sécrétions ovariennes. L'hypothalamus est, en quelque sorte, le chef d'orchestre du bon déroulement du cycle hormonal.

La deuxième structure importante, qui est très proche dans le cerveau de la précédente, est l'hypophyse qui est une glande, directement sous la dépendance des médiateurs nerveux provenant de l'hypothalamus, et qui secrétera des substances qui agiront directement sur les ovaires.

La troisième structure importante, ayant un pouvoir de sécrétions hormonales, sont les ovaires, et en particulier les follicules ovariens contenant les futurs ovules, qui sécréteront des hormones circulantes dans le sang. Ces hormones agiront pour transformer l'intérieur de l'utérus (appelé endomètre), et avertiront l'hypothalamus de ce qui se passe dans les organes génitaux de la femme, afin qu'il puisse bien réguler ce qui se passe loin de lui.

La quatrième structure marquante est l'utérus qui lui ne fait qu'exécuter les ordres en provenance des ovaires, et dont le développement (en particulier de l'endomètre) ne fait que répondre aux productions hormonales ovariennes circulantes.

Quelles sont les substances sécrétées et qui les sécrètent ?

L'hypothalamus est une structure nerveuse qui ne sécrète pas de substance hormonale mais libère des neuromédiateurs qui agissent sur les sécrétions de l'hypophyse. La libération de ces neuromédiateurs est surtout dépendante des hormones d'origine ovariennes circulantes dans le sang.

L'hypophyse sécrète deux hormones qui sont la FSH ou hormone folliculo-stimulante et la LH ou hormone lutéinisante. La FSH stimule des follicules ovariens, durant la phase folliculaire ou pré-ovulatoire du cycle ovarien, jusqu'à la libération d'un ovule par l'un d'eux. La LH stimule le développement du corps jaune durant la phase lutéale ou post-ovulatoire. Ce sont ces deux hormones qui sont déterminantes, suivant l'évolution de leur production, aussi bien sur la survenue des menstruations que sur la survenue de l'ovulation. 

Les ovaires, quant à eux, sécrètent plusieurs substances hormonales, sous l'influence des productions hypophysaires, ce sont les œstrogènes (surtout l'œstradiol) et la progestérone. L'oestradiol est sécrété par le follicule qui se développe sous l'action de la FSH. Après maturation, et développement du follicule ovarien, puis de l'expulsion de l'ovule hors du follicule, la progestérone et les œstrogènes (œstradiol) seront sécrétés par le corps jaune qui est le nom donné au follicule ovarien après expulsion de l'ovule. En l'absence de fécondation de l'ovule, le corps jaune sera détruit et, ne sécrétant plus d'hormone, l'intérieur de l'utérus (endomètre) ne sera plus stimulé, et les menstruations apparaîtront. Rappelons que l'utérus ne sécrète aucune hormone.

Vue d'ensemble de l'évolution des productions hormonales

Ce qu'il faut bien comprendre, c'est qu'il existe un rétro-contrôle entre les taux d'hormones ovariennes circulantes se trouvant dans le sang et les sécrétions hypophysaires. Plus le taux des hormones ovariennes circulantes sera élevé et moins les sécrétions hypophysaires seront élevées, et inversement. Donc, quand les sécrétions ovariennes augmentent, l'hypothalamus en sera informé et réduira la stimulation de l'hypophyse pour qu'il sécrète moins et inversement.

schéma courbe FSH et LH
Schéma du cycle hormonal de la femme

Durant la phase folliculaire, c'est à dire entre le premier jour des règles et la libération de l'ovule, le taux circulant dans le sang de FSH (hormone folliculo-stimulante) est variable : il est très élevé au début et diminue progressivement au fur et à mesure que la quantité d'oestrogène, hormone sécrété par les ovaires, et plus précisément par les follicules ovariens, augmente.          

Durant toute cette période du cycle hormonal, le taux sanguin de LH (hormone qui stimulera le corps jaune après l'ovulation) reste faible et constant. Les taux de FSH et de LH présentent en fin de phase folliculaire un pic synchrone, plus élevé pour la LH que pour la FSH qui sera suivi, 24/36 heures après, de l'ovulation. C'est ce pic de LH qui est responsable de l'ovulation.

Une fois la phase ovulatoire terminée, les taux de FSH et de LH diminueront et resteront faibles. La quantité de FSH augmentera légèrement avant l'apparition des règles suivantes.

schéma courbe progesterone et oestrogène

Au niveau des ovaires, la sécrétion d'œstrogène augmente jusqu'à l'ovulation alors que celle de la progestérone reste très faible. Une fois l'ovule libéré, la sécrétion de progestérone commencera à s'élever et restera à un niveau élevé durant toute la phase post-ovulatoire. Ce n'est que quelques heures avant l'apparition des règles que les taux de progestérone et d'œstrogène vont chuter.

A noter que c'est la progestérone qui est responsable de la montée de température en deuxième partie du cycle hormonal.