Les injections intra-caverneuses, une solution mécanique à l'impuissance masculine

Les hommes atteints d'impuissance sexuelle peuvent trouver dans ce traitement, qui agit provisoirement (le temps d'un rapport sexuel) sur la cause mécanique en suppléant à la vasodilatation normale par un principe actif déclenchant l'érection, une solution à leur problème.

Découvrez ce que l'injection intra-caverneuse, appelée également injection pénienne, peut pour pallier aux troubles graves de l'érection.

Qu'est-ce qu'une injection intra-caverneuse ?

En aucun cas cette information sur les injections intra-caverneuses ne peut se substituer aux conseils donnés par votre médecin.

Les premières injections intra-caverneuses faites dans les années 80 ont révolutionné le traitement de l'insuffisance érectile car jusqu'à cette époque, aucun traitement n'était vraiment très efficace pour traiter ce problème.

Il s'agit d'injecter directement dans l'un des deux corps caverneux (la verge est constituée de deux corps caverneux supérieurs, qui sont responsables de l'érection, et d'un corps spongieux, au dessous dans lequel passe l'urètre), une substance vasodilatatrice qui induira une érection en quelques minutes (5 à 10 minutes).

Cette injection qui reste locale ne provoquera pas d'effet général sur l'organisme car le produit actif n'est pas retrouvé dans la circulation périphérique.

Quels sont les produits utilisés pour les injections intra-caverneuses?

Les premières injections intra-caverneuses étaient à base de Papavérine, mais ce produit n'est pratiquement plus utilisé actuellement à titre thérapeutique car il provoque parfois des priapismes (érection durable et néfaste pour les corps caverneux).

Après la papavérine, les alpha bloquants ont été utilisés et sont encore utilisés afin de maintenir une érection déjà existante.

Actuellement, on utilise surtout la prostaglandine PGE1 car elle permet de déclencher l'érection et n'a que très peu d'effets indésirables.

Indications et contre-indications des injections intra-caverneuses

Toutes les insuffisances érectiles peuvent être traitées par des injections intra-caverneuses, qu'il s'agisse d'une insuffisance érectile d'origine organique  ou d'une insuffisance érectile d'origine psychologique.

L'utilisation de la prostaglandine PGE1 a réduit considérablement les contre-indications d'utilisation qui restent : les maladies prédisposant à des érections prolongées comme la dépranocytose (maladie du sang) ou les leucémies.

L'insuffisance hépatique ou rénale, de même qu'un traitement anticoagulant bien contrôlé, ne constituent pas une contre-indication.

Complications des injections intra-caverneuses

Très rarement il peut s'agir d'une érection prolongée au-delà de la troisième heure d'injection.

Cette complication est très rare avec les produits utilisés actuellement et nécessitera de consulter un médecin afin d'éviter les complications d'un priapisme.

Au niveau des points d'injections, il peut se former des petits nodules fibreux, ce qui est tout à fait exceptionnel avec les produits modernes. Un hématome ou une ecchymose au point d'injection sont dus à une mauvaise technique d'injection, mais sont sans gravité.

Technique des injections intra-caverneuses

C'est votre médecin qui vous montrera, la première fois, comment faire une injection intracaverneuse afin que vous puissiez ensuite les faire vous-même.

Cette injection se fait à l'aide d'une aiguille courte et très fine qui ne provoque pratiquement aucune douleur.

L'injection se fera en position assise et doit être faite dans l'un des deux corps caverneux, le droit ou le gauche, donc dans le cadran supérieur droit ou gauche de la verge (imaginez la verge divisée en quatre cadrans par une ligne verticale allant de haut en bas et une ligne horizontale de droite à gauche, ces deux lignes passant par le centre de la verge), entre la couronne du gland et la racine de la verge (mais pas dans le gland).

L'injection se fera après avoir désinfecté la peau avec un produit non alcoolisé. L'injection doit être faite perpendiculaire à la surface du pénis. Il faut piquer en enfonçant toute l'aiguille dans le corps caverneux afin de ne pas injecter le produit sous la peau. L'injection se fera lentement.

Après avoir retiré l'aiguille, il faut faire une légère compression de 1 à 2 minutes au point d'injection avec un coton imbibé du même désinfectant pour éviter une ecchymose.

Il ne faut pas piquer dans la zone médiane supérieure de la verge où circule des artères et des veines, ni dans la partie inférieure de la verge, ni dans le gland et il faut éviter les veines superficielles de la peau.

Votre médecin vous expliquera tout cela.

A quel moment de l'acte sexuel doit-on pratiquer l'injection ?

L'injection se fera avant les préliminaires en sachant que le délai d'action est de l'ordre de 5 à 10 minutes. L'injection peut également se faire après une tentative infructueuse de pénétration.

Rapidité de l'efficacité et durée de l'érection après une injection intra-caverneuse

L'érection se produit quelques minutes (5 à 10 minutes) après l'injection et elle peut durer une à trois heures (notez que l'érection peut durer même après que l'éjaculation ait eu lieu).

Il s'agit d'une érection purement mécanique qui se produit même en l'absence de toute stimulation érotique et de tout désir sexuel. Ce côté mécanique de l'érection perturbe parfois la partenaire féminine qui n'est plus l'agent provocateur de l'érection.

La partenaire féminine doit comprendre que le désir de son partenaire peut exister dans sa tête mais ne pas se matérialiser par une érection, et que l'injection intra-caverneuse aura pour but de permettre à l'homme de matérialiser son désir.

Peut-on pratiquer fréquemment des injections intra-caverneuseses ?

Il est conseillé de ne pas pratiquer plus de deux injections par semaine.

Si l'insuffisance érectile est reconnue médicalement comme étant irréversible, il faudra pratiquer ces injections intracaverneuses tant que le désir de rapports existera.

Si l'insuffisance érectile est essentiellement d'origine psychologique, l'homme retrouvera progressivement confiance en lui et, en quelques mois, il pourra se passer de ces injections.

Dans tous les cas, des conseils psycho-comportementaux seront d'un appoint très utiles à la bonne réussite et à la bonne acceptation de ces injections par les deux partenaires.

 


Vos questions, nos réponses :

Les pannes de l'érection

L'absence d'érection et l'impuissance

Notre boutique

Rejoignez-nous !

Inscription à la newsletter