logo
icone maison
drapeau espagnol loupe

Stérilisation à visée contraceptive

La stérilisation masculine ou féminine, lorsqu'elle est désirée par une personne pour servir de moyen de contraception, est une intervention très souvent irréversible, ou dont la réversibilité n'est pas assurée. On parle donc de contraception définitive. Elle mérite une longue réflexion car elle signifie souvent l'impossibilité pour l'homme ou la femme concernée, de procréer à nouveau.

La contraception par stérilisation

Il est d'usage d'inclure dans les moyens de contraception la ligature des trompes de la femme et la vasectomie de l'homme. Dans la définition du terme « moyens de contraception » la notion de réversibilité est présente, alors que cette réversibilité n'est pas évidente en ce qui concerne la stérilisation quelle soit masculine ou féminine.

Les patients qui ont recours à ces techniques de stérilisation doivent considérer qu'il s'agit d'une contraception définitive, irréversible, même si dans certains cas il sera parfois possible au chirurgien de rétablir un potentiel de fertilité, le taux de probabilité d'avoir des enfants reste très en deçà de 50%.

point d'exclamation icone Attention La stérilisation ne protège absolument pas contre les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) et le VIH.

chirurgien faisant passer un instrument à un autre médecin durant une opération
© Stocklib / Alexander Korzh

La stérilisation féminine

La stérilisation féminine est bien connue sous le nom de ligature des trompes qui consiste, par voie coelioscopique, à ligaturer les trompes afin d'éviter le passage des spermatozoïdes et de l'ovule, empêchant ainsi la rencontre entre l'un et l'autre.

Depuis 2002, une nouvelle technique moins traumatisante aboutit, maintenant, au même résultat sans l'acte chirurgical que représente la coelioscopie. C'est la technique dite Essure®. Au cabinet du gynécologue, sans anesthésie, le médecin introduit, par les vois naturelles, sous hystéroscopie (technique simple pour visualiser l'intérieur de l'utérus), un micro-implant souple dans chaque trompe afin de les obturer.

icone de la lettre iRemarque : l'obturation des trompes n'est pas le fait même de l'implant mais le fait que cette implant entraînera une mini réaction inflammatoire qui sera ultérieurement responsable de l'obturation de la trompe. C'est aussi pour cela que l'action contraceptive n'est pas immédiate après la pose des implants et qu'il faudra attendre 3 mois pour considérer que l'action contraceptive est bien réelle.

Cette dernière technique est donc assez simple et ne demande que 30 à 40 minutes pour être pratiquée. De plus elle ne laisse aucune cicatrice.

Quelque soit la technique utilisée la reperméabilisation des trompes peut être tentée et pratiquée chirurgicalement mais avec un taux d'échec très élevé.

icone de la lettre iRemarque : si ces deux techniques ne permettent plus à la femme une grossesse naturelle, il est toujours possible d'avoir recours à une procréation médicalement assistée (PMA)

La stérilisation masculine

Plus connue sous le nom de vasectomie, elle consiste à sectionner les canaux déférents (canaux par lesquels sont transportés les spermatozoïdes). Cette petite intervention peut se faire au cabinet du spécialiste, sous anesthésie locale.

Là encore il faudra contrôler au bout de trois mois l’éjaculât de l'homme pour s'assurer qu'il ne contient pas de spermatozoïdes.

Une reperméabilisation des canaux déférents pourra toujours être tentée par le chirurgien en cas de désir de procréation de l'homme mais là encore le taux d'échec est très élevé ce qui doit faire considérer la vasectomie comme irréversible.

Il est toujours proposé à un homme qui choisit la vasectomie de conserver, préalablement à l'intervention, son sperme dans une banque de sperme en cas de désir de procréation ultérieure.

La contraception définitive en France

Durant de nombreuses années en France, la stérilisation à visée contraceptive fut interdite car jugée comme mutilante. Elle fut légalisée en 2001 par la loi Aubry (loi n° 2001-588 du 4 juillet 2001 relative à l’interruption volontaire de grossesse et à la contraception) afin d'améliorer l'efficacité contraceptive en France.

Que dit la loi ?

Seules les personnes majeures peuvent y avoir recours il n'y a pas de condition d'âge ou de nombre d'enfants. L'unique condition est de respecter un délai de réflexion de 4 mois entre le premier rendez-vous où la demande est explicitement formulée et la confirmation écrite de la personne désirant se faire stériliser.

La loi précise également que « Un médecin n'est jamais tenu de pratiquer cet acte à visée contraceptive mais il doit informer l'intéressée de son refus dès la première consultation ». Cependant comme le code de la santé publique le stipule, en cas de refus le médecin se doit également de rediriger le ou la patiente vers un confrère qui acceptera de réaliser l'intervention.

Malheureusement la réalité est bien différente et l'accès à cette solution chirurgicale définitive ressemble encore souvent à un véritable parcours du combattant.

icone de la lettre iRemarque : Face à ce constat Marc Zaffran/ Martin Winckler a mis en place sur son site un annuaire national des praticien(ne)s français(es) pratiquant des stérilisations conformément à la loi. Cet annuaire est mis régulièrement à jour et peut être téléchargé à cette adresse : http://martinwinckler.com/spip.php?article830

Un recours qui reste faible

Des enquêtes réalisées en 2010 et 2013 par l’ Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) et par l’ Institut National des Études Démographiques (INED), montrent que la stérilisation à visée contraceptive ne concerne qu'une « minorité : 3,9% des femmes et 0,3% de leurs partenaires masculins. »

Aujourd'hui, plusieurs années après sa légalisation, cette contraception chirurgicale reste toujours peu pratiquée France en comparaison avec d'autres pays.

« La stérilisation féminine est la méthode contraceptive la plus utilisée dans le monde (près de 30 %) devant le stérilet, la pilule et le préservatif. La stérilisation masculine, ou vasectomie, est beaucoup plus rare (moins de 4 % ). »
Word Contraceptive Patterns 2013

Peu de couples français ont recours à cette méthode contraceptive chirurgicale qui pourtant permettrait de diminuer le nombre de grossesses non désirés. Il semblerait donc que sa légalisation en 2001 n'ait pas changer les habitudes des français et des françaises en matière de contraception.

Pourquoi est-elle peu utilisée ?

Plusieurs raisons peuvent expliquer pourquoi peu d'hommes et de femmes ont recours à ce moyen de contraception. La première est qu'elle est irréversible et que de nombreux médecins encore aujourd'hui n'approuvent pas qu'une personne veuille mettre un terme à sa fertilité. De nombreux témoignages sur le net montrent qu'il est souvent difficile de faire accepter ses choix notamment lorsqu'il s'agit d'avoir des enfants.

« alors que la stérilisation est la méthode la plus répandue dans le monde (notamment dans les pays anglo-saxons ou latino-américains), en France, le corps médical n’incite pas à recourir à ce choix définitif. Les modes de contraception français sont dominés par les méthodes médicalisées réversibles »
Note d’analyse n° 226 - juin 2011 du Centre d’analyse stratégique

Une thèse publiée en 2014 s'est intéressée aux freins éventuels en médecine générale à la diffusion de cette contraception. Elle révèle que si la plupart des médecins généralistes considèrent que la contraception définitive a bien sa place au sein des moyens de contraception disponible, il semblerait qu' « il existe un manque évident de connaissance de la part des médecins généralistes en matière de contraception définitive. Les médecins ne connaissent pas le cadre légal et les recommandations en matière de contraception définitive. » Du côté des patients, il semble exister également un manque de connaissance sur les méthodes possibles de stérilisation.

Sources

avatar de l'auteur de l'articleCet article a été rédigé par Véronique Serre.
Il a été créé en octobre 2011, et a été mis à jour pour la dernière fois le 25 mai 2016.

Vous avez constaté une erreur, une coquille ou bien vous avez un complément d'information à apporter ? Vos remarques m'intéressent : contactez-moi en n'oubliant pas d'indiquer l'url de la page concernée !