Votre navigateur ne supporte pas javascript!

logo sexoconseil et jeune couple sous une couette

logo
icone maison
drapeau espagnol loupe

L'éjaculation retardée, un trouble qui touche des millions d'hommes

Les troubles de l'éjaculation font partie des dysfonctions sexuelles les plus courantes chez l'homme. Ils regroupent une large variété de difficultés allant de l'éjaculation prématurée où l'homme éjacule trop rapidement à l'anéjaculation où cette dernière est absente.

Qu'est ce que l'éjaculation retardée ?

L'éjaculation retardée aussi appelée éjaculation tardive se traduit très souvent par un manque de satisfaction sexuelle pour les deux partenaires. Les hommes souffrant de ce trouble de l'éjaculation rapportent qu'il leur est difficile voire impossible d'éjaculer et d'avoir un orgasme durant les relations sexuelles avec leur partenaire. Certains hommes éprouvent également des difficultés à éjaculer durant la masturbation mais pour la plupart d'entre eux le véritable problème se pose lorsque l'éjaculation est absente durant les rapports à deux.

couple intimement allongé dans la chambre
© Stocklib / Vadim Guzhva

Selon la cinquième édition du manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-V) l’éjaculation retardée se caractérise par la difficulté ou l'impossibilité d'avoir une éjaculation dans au moins 75% des activités sexuelles avec un(e) partenaire. Cette condition doit persister depuis au moins 6 mois et engendrer une détresse individuelle significative.

Afin de permettre un diagnostique précis il est important de préciser le contexte dans lequel l'éjaculation tardive est rencontrée à savoir :

  • Elle a toujours existé (primaire) ou bien si elle est apparue après une période durant laquelle l'éjaculation se produisait normalement durant les rapports (secondaire).
  • Elle est généralisée ou situationnelle c'est à dire si cette difficulté existe quelque soit la stimulation, la situation ou le/la partenaire ou bien si l'éjaculation tarde à venir seulement dans certaines situations mais pas dans d'autres, avec certains type de stimulations mais pas avec d'autres ou encore avec certain(e)s partenaires mais pas avec d'autres.
  • De même il est important de spécifier le degré de sévérité du problème : léger, modéré ou sévère.

Attention Certains médicaments comme ceux utilisés pour soigner la dépression ou l'anxiété par exemple mais aussi ceux prescrits pour traiter des problèmes de prostate peuvent retarder la survenue de l'éjaculation. Cependant dans ce cas précis et bien que cette difficulté d'éjaculation soit tout autant perturbante pour l'homme, elle ne rentre pas stricto sensu dans la définition de l'éjaculation retardée dans la mesure où elle est la conséquence d'une prise de médicament et qu'il suffit d’arrêter ou de changer la prescription pour que ce trouble disparaisse.

Quelle est sa fréquence ?

Un trouble difficile à chiffrer

La fréquence de l'éjaculation retardée est assez difficile à évaluer du fait d'un manque de précision concernant ce trouble. En effet, à partir de quand peut-on considérer qu'il y a un retard dans l'éjaculation ? La variabilité et le manque de donnée concernant le temps de latence « normal » de l'éjaculation ou plus précisément du délai « normal » avant que l'éjaculation ne se produise lors d'un rapport sexuel ne facilite pas la tâche.

Remarque : La période de latence est un paramètre souvent utilisé pour évaluer une dysfonction éjaculatoire. Elle correspond à la durée écoulée entre le début de la pénétration (ou de la stimulation) et l'éjaculation.

De plus, dans les quelques études épidémiologiques qui ont été menées concernant cette difficulté, il n'y a pas eu de réelles distinctions faites entre les éjaculations tardives et les absences totales d'éjaculation rendant difficile une évaluation précise de chacune de ces différentes formes d'éjaculation.

Que dit la littérature scientifique ?

Une publication portant sur l'évaluation et le traitement de l' éjaculation retardée parue dans Sexual Medicine Reviews en 2014 rapporte un taux de prévalence relativement faible de l'ordre de 1 à 4%.

Une autre étude datant de 1996 basée sur un échantillon de 1 568 français révèle que 3% des hommes âgés entre 50 et 59 ans rapportent une difficulté à éjaculer à chaque rapport. Cette prévalence atteint les 12% chez les hommes de 70 à 79 ans.

Le DSM-V précise quant à lui que la prévalence de l'éjaculation tardive semble être constante jusqu'à l'âge de 50 ans puis son incidence commence à augmenter de manière significative une fois la cinquantaine dépassée. Au delà de 80 ans, les hommes rapportent deux fois plus de difficultés pour éjaculer que les hommes qui n'ont pas encore atteint la soixantaine.

L'âge semble donc être un facteur prédisposant à cette dysfonction ce qui n'est pas véritablement surprenant dans la mesure où la fonction éjaculatoire tend à diminuer avec l'avancée en âge de l'homme.

Bien que l'éjaculation retardée soit bien moins fréquente que l'éjaculation précoce dont les taux avoisinent les 30% il n'en reste pas moins que des millions d'hommes souffrent de ce retard à l'éjaculation impactant grandement leur sexualité.

En résumé :

Ce que l'on peut retenir :

  • L'éjaculation tardive est une difficulté dans laquelle l'homme peine à éjaculer ou à atteindre l'orgasme lors de la masturbation ou durant les relations sexuelles.
  • Primaire ou secondaire, généralisé ou situationnel, léger, modéré ou sévère : il existe plusieurs formes de ce trouble qu'il est important de bien spécifier afin d'établir le bon diagnostic.
  • De nombreux facteurs peuvent parfois conduire à l'apparition temporaire d'une éjaculation difficile.
  • Les études portant sur ce dysfonctionnement sont peu nombreuses et rares sont les hommes qui osent consulter à ce sujet.
  • La fréquence réelle de ce trouble bien que plus faible que celle de l'éjaculation prématurée pourrait être bien plus importante que ne le rapporte la littérature scientifique.
  • Plus l'homme avance en âge, plus la durée pour parvenir à l'éjaculation augmente.

Sources

  • D.H.Shin, A.Spitz, the evaluation and treatement of delayed ejaculation Sex Med Rev 2014,2,121-133.
  • Rowland D., McMahon CG, Abdo C, Chen J, Jannini E, Waldinger MD, Ahn TY.,disorders of orgasm and ejaculation in men,J Sex Med,2010,7,1668-1686.

avatar de l'auteur de l'article
Cet article a été crée par Véronique Serre le 24 février 2016.

Vous avez constaté une erreur, une coquille ou bien vous avez un complément d'information à apporter ? Vos remarques m'intéressent : contactez-moi en n'oubliant pas d'indiquer l'url de la page concernée !