Troubles sexuels masculins

Les principales dysfonctions sexuelles masculines, que l'on rencontre lors des consultations de sexologie, sont en rapport avec des problèmes d'érection, avec une éjaculation prématurée ou une éjaculation retardée, l'absence de désir sexuel ou, beaucoup plus rarement, avec une exacerbation du désir sexuel.

Les dysfonctions sexuelles et l'érection

L'impuissance :

L'impuissance, avec ses différentes variantes cliniques, est une dysfonction sexuelle masculine fréquente en particulier après 50 ans.

L'impuissance est l'impossibilité d'obtenir une érection suffisante pour permettre la pénétration ou pour permettre une relation sexuelle satisfaisante.

une femme réconfortant son partenaire
© mast3r - Fotolia.com

Le terme d'impuissance recouvre des tableaux cliniques différents :

absence totale d'érection lors d'une tentative de pénétration avec une ou un partenaire

érection insuffisante pour permettre la pénétration

érection instable ou capricieuse au cours du rapport avec parfois une érection correcte durant les préliminaires mais qui s'effondre lors de la tentative de pénétration ou lors de changement de position durant l'acte sexuel

L''impuissance impose un examen médical pour vérifier l'absence de cause organique. En l'absence de cause organique, la thérapie comportemental de l'impuissance donne de bons résultats.

L'érection douloureuse :

Il s'agit de douleurs survenant lors de l'érection. Cette dysfonction sexuelle est rare et elle se rencontre habituellement dans un contexte évocateur d'infection locale (au niveau du prépuce du gland ou du périnée) ou de maladie de Lapeyronie.

L'érection déviée, ou maladie de Lapeyronie :

Il s'agit d'une déviation avec une courbure de la verge plus ou moins importante et qui peut-être douloureuse. Cette dysfonction sexuelle peut être congénitale (c'est à dire qu'elle existe depuis toujours) ou secondaire après une période sans problème. Il ne faut pas rattacher à la maladie de Lapeyronie toutes les petites déviations de la verge en érection qui sont fréquentes et qui ne s'accompagnent ni de douleur ni d'une courbure marquée de la verge en érection.

Les dysfonctions sexuelles et l'éjaculation

L'éjaculation prématurée :

Il y a éjaculation précoce (ou prématurée) lorsque l'homme ne peut pas contrôler durablement son excitation et lorsque son éjaculation survient involontairement. Parfois l'éjaculation survient avant même la pénétration mais le plus souvent après moins d'une vingtaine de va et vient dans le vagin de la partenaire.

La thérapie comportementale et cognitive est, actuellement, le seul traitement efficace contre l'éjaculation précoce (ou prématurée).

L'anéjaculation :

L'anéjaculation est une des dysfonctions sexuelles masculines assez fréquentes. C'est l'absence d'éjaculation à l'extérieur de la verge. Cette anéjaculation peut-être totale (aussi bien par masturbation que lors de la pénétration) ou partielle ne survenant que lors de la pénétration. Cette absence d'éjaculation à l'extérieur du corps ne veut pas dire absence totale d'éjaculation car il existe des éjaculations qui se font dans la vessie (dites éjaculations rétrogrades) et qui ne sont donc pas extériorisées. On peut rattacher cliniquement l'éjaculation retardée (difficulté pour éjaculer) à l'anéjaculation. L'anéjaculation n'est pas toujours synonyme d'absence d'orgasme (l'éjaculation rétrograde s'accompagnant habituellement d'un orgasme).

En l'absence de cause organique, la thérapie comportementale de l'anéjaculation donne de bons résultats

L'éjaculation douloureuse :

L'éjaculation douloureuse est une des dysfonctions sexuelles les moins fréquentes chez l'homme. Il s'agit d'une douleur survenant uniquement lors de l'éjaculation et qui se rencontre très souvent dans un contexte d'infection actuelle ou ancienne au niveau loco-régional (voies urinaires, prostate, vésicules séminales etc..).

Les dysfonctions sexuelles et l'orgasme

L'anorgasmie :

Cette dysfonction sexuelle est assez peu fréquente chez l'homme. L'anorgasmie masculine correspond à l'absence d'orgasme lors de l'éjaculation, c'est à dire que l'homme ne ressent pas de plaisir lors de l'éjaculation. Le plus souvent l'homme ne ressent pas les contractions musculaires de l'urètre et des muscles du pelvis qui accompagnent l'éjaculation. Parfois il peut ressentir ces contractions comme étant douloureuses et ainsi ne pas avoir d'orgasme (l'orgasme étant le plaisir psychique qui accompagne les contractions musculaires lors du réflexe orgasmique).

Les dysfonctions sexuelles et le désir sexuel

Comme chez la femme il peut s'agir d'anaphrodisie en cas de manque complet de désir sexuel ou, au contraire, de donjuanisme lorsque l'homme a une excitation sexuelle envers toutes les femmes.