Votre navigateur ne supporte pas javascript!

logo sexoconseil et un homme et une femme levant le pouce

logo
icone maison
drapeau espagnol loupe

9 questions au Dr Michel Serre sur son traitement

Découvrez ici les réponses de Michel Serre aux principales questions que vous vous posez sur son traitement de l'éjaculation précoce.

Quelle est la base du traitement de l'éjaculation précoce que vous vendez sur sexoconseil ?

M. Serre : « Le traitement que je vous propose est basé sur les thérapies comportementales et cognitives qui ont pour but de modifier un comportement perturbant la vie d'une personne. Les thérapies comportementales et cognitives sont généralement de courtes durées. Ces thérapies sont utilisées par l'ensemble des spécialistes en sexologie pour traiter la plupart des problèmes sexuels personnels et en particulier l'éjaculation précoce. Le principe du traitement est basé sur le fait que les comportements d'échecs sont des comportements appris consciemment ou inconsciemment. Ce mauvais apprentissage se fait au niveau corporel, mais aussi au niveau cognitif, c'est à dire au niveau du processus de pensée. Pour éliminer les comportements d'échecs il faudra donc agir aux deux niveaux, physiologique et psycho-comportemental, pour réapprendre, par des exercices de difficultés progressivement croissantes, à changer un comportement négatif en un comportement positif et, mentalement, à modifier un schéma de pensée. Les exercices sont simples à exécuter par toute personne motivée pour traiter son problème. »

Les crèmes ou pommades qui sont vendues sur Internet sont-elles efficaces sur l'éjaculation précoce ?

M. Serre : « Non, absolument pas. Ces produits sont souvent à base d'anesthésiques locaux et ils inhibent toute sensation au niveau du gland sans pour autant réduire notablement l'éjaculation précoce. »

Que pensez-vous de l'hypnose pour traiter une éjaculation prématurée ?

M. Serre : « L'intérêt de l'hypnose est de diminuer le stress lié à l'échec, mais attention il vous faudra plusieurs séances au cabinet d'un praticien pour commencer à obtenir une diminution de votre stress. Les séances proposées à pratiquer chez soi, sous forme de CD, ne permettent pas d'obtenir de résultat. D'autre part, cette diminution du stress ne résoudra pas votre problème d'éjaculation mais pourra être seulement un petit appoint complémentaire. »

Que pensez-vous des sites commerciaux, qui fleurissent sur le Net, et qui vendent des traitements contre l'éjaculation précoce ?

M. Serre : « Ces sites purement commerciaux qui ne font que vendre ce traitement sont très riches en promesses !! Il faut bien comprendre que l'on ne peux pas traiter une telle difficulté en seulement quelques jours ! Tout sexologue sérieux le dit : il faut plusieurs semaines pour arriver à un résultat durable dans le temps. »

Faut-il traiter une éjaculation précoce qui survient lors des premiers rapports sexuels ?

M. Serre : « Non, éjaculer rapidement est très fréquent et pratiquement normal lors des premiers rapports sexuels. Par contre il faudra entreprendre un traitement si le problème persiste après un mois de rapports assez réguliers car, le fort contexte émotionnel des premiers rapports étant passé, si ce trouble persiste il ne fera que s'aggraver. »

Existe-t-il différents stades d'éjaculation précoce ?

M. Serre : « Oui il existe différents stades, de très précoce parfois même avant la pénétration, à relativement rapide c'est à dire sans la possibilité de bien contrôler son éjaculation. Quelque soit le stade de précocité, la base du traitement sera la même, et c'est seulement la durée des exercices qui pourra être modulée suivant la gravité. Un homme qui a un assez bon contrôle de son éjaculation, mais qui ne le satisfait pas pleinement, pourra sélectionner dans le traitement les seuls exercices dont il n'a pas une bonne maîtrise. »

Quel est le rôle du muscle pubo-coccygien dans l'éjaculation précoce ?

M. Serre : « Le muscle pubo-coccygien (en abréviation PC) est le muscle qui se déclenche lors du réflexe éjaculatoire mais ce réflexe est lui-même déclenché par un ensemble de stimulations neurosensorielles sur lesquelles il est indispensable d'agir pour retarder ce réflexe. Un traitement qui serait basé essentiellement sur ce muscle ne peut pas être efficace car il ne traite pas les causes de son déclenchement. Donc si le muscle PC joue bien sur un rôle dans l'éjaculation précoce, en aucun cas il ne joue un rôle primordial. Les exercices sur ce muscle constituent une petite partie du traitement par rapport à l'ensemble des exercices proposés qui eux agiront sur tous les facteurs déclenchant le réflexe. Une thérapie sérieuse ne peut en aucun cas être basée sur le seul travail de ce muscle. »

Combien de temps faut-il pour traiter ce problème ?

M. Serre : « Quelque soit le niveau de l'éjaculation précoce (ultra rapide ou assez rapide) il n'est pas possible d'obtenir un résultat avant un mois car il est impossible à l'organisme de changer sa physiologie en peu de temps. Vous ne deviendrez jamais marathonien en 15 jours ou trois semaines, quelque soit l'intensité de votre entraînement !! Pour l'éjaculation précoce c'est pareil, il faut du temps, et les premiers progrès ne seront pas perceptibles avant un mois. Au bout de deux mois, vos progrès seront évidents et, ensuite, viendra une période de consolidation, avant la maîtrise complète de vote éjaculation. Rappelez-vous aussi qu'il n'y a pas de traitement miracle qui puisse vous « guérir » définitivement en une, deux, ou trois semaines, ou qui fasse de vous un homme multi-orgasmique en quelques semaines! »

Quel est l'intérêt d'un traitement en ligne sur internet par rapport à une consultation chez un sexologue ?

M. Serre : « Il est bien évident qu'une thérapie pratiquée au cabinet d'un sexologue sera plus efficace, mais il faut savoir qu'un traitement chez un sexologue nécessitera une dizaine de consultations soit un coût moyen de 500-600 euros. Le traitement que je propose en ligne est le même que celui que j'ai pratiqué dans mes consultations de sexologie durant plus de 30 ans, ce qui m'a permis de ne retenir, parmi les exercices que je proposais, uniquement les plus efficaces et les plus faciles à reproduire chez soi. »