entête sexoconseil à coté d'une souris posée sur un tapis rouge

logo
icone maison
drapeau espagnolloupe noir

Troubles de l'érection : et si la solution résidait dans la thérapie cellulaire ?

Publié le 29 janvier 2016

Une nouvelle approche thérapeutique consistant en l'injection de cellules souches médullaires directement dans le pénis du patient pourrait être une solution pour remédier aux séquelles chirurgicales de la prostatectomie selon un récent communiqué de l'Inserm (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale).

une seringue posée à côté d'un flacon
© Africa Studio - Fotolia.com

Le cancer de la prostate touche plus de 70 000 hommes en France chaque année et son traitement passe souvent par une prostatectomie totale ou radiale. Cette ablation chirurgicale de la prostate n'est pas toujours sans conséquence pour l'homme et peut être responsable de lésions au niveau des vaisseaux et des nerfs du pénis engendrant des troubles de l'érection plus ou moins sévères chez le patient.

La faculté régénératrice des cellules souches

Afin de remédier à cette impuissance conséquente à cette chirurgie, l'équipe du Pr Réné Yiou s'est intéressée à la faculté régénératrice des cellules souches de la moelle osseuse. Selon plusieurs études celles-ci auraient « la capacité de se transformer spontanément en cellules du même type que celles endommagées dans le pénis » et également de « secréter des substances favorisant la réparation de vaisseaux sanguins et de nerfs endommagés. »

Un essai clinique a ainsi été mené sur 12 patients dont la fonction érectile avait subit de graves dommages jugés comme irréversibles suite à un cancer de la prostate et dont les traitements médicaux disponibles à l'heure actuelle n'avaient pas permis d'offrir aux patients sur une période de deux ans de traitement une amélioration probante de la qualité de leur érection.

Chacun d'eux a ainsi reçu une greffe de cellules souches sous la forme d'une unique injection dans le pénis. Les cellules souches utilisées avaient été préalablement prélevées dans la moelle osseuse de la hanche de chaque patient.

Des résultats très encourageants

Les effets de la greffe cellulaire ont ensuite été mesurés au bout de six mois au moyen d'auto-questionnaires spécifiques. Leur analyse par les chercheurs révèle une amélioration non négligeable de la fonction érectile des patients ainsi qu'une évolution positive au niveau de la qualité de leurs relations sexuelles jugées désormais plus satisfaisantes mais également au niveau de la rigidité pénienne et des orgasmes obtenus.

Cet essai ayant été mené uniquement sur quelques patients et sans groupe de contrôle, les chercheurs préfèrent rester prudents face à ces résultats bien que prometteurs. Cependant si ceux-ci venaient à être « confirmés par d'autres essais cliniques contrôlés, la stratégie thérapeutique pourrait constituer la première approche à visée curatrice des troubles de l’érection » précise le communiqué.

Cet article a été mis en ligne par Véronique Serre.