entête sexoconseil à coté d'une souris posée sur un tapis rouge

logo
icone maison
drapeau espagnolloupe noir

Une contraception masculine efficace mais abandonnée à cause de ses effets secondaires

Publié le 02 novembre 2016

La contraception dans le couple a toujours reposé principalement sur la partenaire féminine du fait d'un manque de contraceptif masculin efficace disponible comparativement à la contraception féminine qui , elle, se décline sous un panel large et varié.

Une récente étude suggère aujourd'hui que les hommes pourraient bientôt être en mesure de prendre la relève dans le couple sur le plan contraceptif. Cependant, contre toute attente, cet essai clinique prometteur s'est vu précocement arrêté en raison des effets secondaires qu'engendrerait ce nouveau contraceptif hormonal.

couple amoureux dans un lit enlacé
© Stocklib goodluz

Cette étude publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism révèle qu'une contraception hormonale injectable destiné aux hommes pourrait être aussi efficace que la pilule féminine avec un taux de succès de 96%.

Des injections aussi efficaces que la pilule

Mené par des chercheurs de plusieurs pays, cet essai clinique consiste en l'injection intramusculaire régulière de deux hormones : la première étant de la progestérone afin de diminuer la production de spermatozoïdes et la seconde de la testostérone pour réduire les effets de la progestérone.

Ainsi, 320 hommes âgés entre 18 et 45 ans en bonne santé ont reçu deux injections toutes les 8 semaines. Les résultats ont révélé l'efficacité de ces injections puisque seulement 4 grossesses ont eu lieu durant toute la période de l'essai.

Un arrêt prématuré de l'étude suite à des effets non désirés

Durant l'étude, un total de 1491 effets secondaires ont été rapportés par les participants dont environ 38% furent considérés comme n'étant pas directement lié aux injections.

Les effets indésirables les plus souvent reportés et reconnus comme étant lié au traitement furent les suivants : acnée, hausse de la libido, douleurs au niveau de l'injection, trouble de l'humeur ou encore douleurs musculaires.

La poursuite de l'étude pourtant prometteuse fut cependant interrompue prématurément après qu'un groupe externe d'examinateurs a conclu que les risques pour les participants à l'étude étaient supérieurs aux potentiels bénéfices. Cependant, plus de 75% des hommes ayant participé à l'essai se sont dit satisfaits de l'injection et continueraient de l'utiliser si elle était disponible.

Source :