entête sexoconseil à coté d'une souris posée sur un tapis rouge

logo
icone maison
drapeau espagnolloupe noir

La pilule, un moyen de lutter contre le cancer de l'endomètre ?

Publié le 07 août 2015

Aujourd’hui, tout le monde connaît la pilule pour son effet contraceptif mais saviez-vous qu’elle aurait également un effet protecteur à long terme contre le cancer de l'endomètre ? C'est en tout cas ce qu'affirme une étude publiée récemment dans la revue « The Lancet Oncology ».

plaquettes de couleur differentes
© Dominique VERNIER - Fotolia.com

200 000 cancers évités en dix ans

Si l'effet protecteur de la pilule contraceptive sur ce cancer avait déjà été démontré scientifiquement par le passé, cette nouvelle étude britannique portant sur l'analyse des données médicales de 27 000 femmes atteintes d'un cancer de l’endomètre révèle que sur ces 10 dernières années 200 000 cancers de ce type avaient pu être évités grâce à l'utilisation de ces contraceptifs oraux.

Le cancer de l’endomètre qui est en réalité le cancer du corps de l'utérus est à différencier du cancer du col de l’utérus. Il est le 5ème cancer gynécologique le plus fréquent en France et touche environ 7 000 nouvelles femmes chaque année. Si les causes de ce dernier sont peu connues on sait en revanche qu'il surviendrait le plus souvent chez les femmes ménopausées.

Un effet à long terme même après arrêt de la pilule

D'après le Pr Valérie Beral de l'Université d'Oxford coordinatrice de l'étude, « l'effet bénéfique existe même chez les femmes qui n'ont pris la pilule que pendant quelques années » et il se prolongerait même au-delà de 50 ans qui est l'âge généralement mesuré auquel débute ce type de cancer.

Elle précise également que l'importance du bénéfice serait influencée par le nombre d'années de prise de la pilule. Le risque de développer ce cancer avant 75 ans serait ainsi divisé par 4 si la pilule a été prise durant 5 années et serait divisé par 2 pour une prise durant 10 ans.

Attention cependant car même si la pilule offre une possibilité de lutter contre le cancer de l’endomètre, il ne faut certes pas oublier qu'elle peut accroître également le risque de développer certaines maladies de type cardio-vasculaire telles que infarctus ou accident vasculaire cérébral (AVC) ou certains cancers comme celui du sein ou du col de l'utérus.

Source :

Cet article a été mis en ligne par Véronique Serre.