La pilule contraceptive : avantages et inconvénients

En matière de contraception, la pilule contraceptive est l'une des protections les plus efficaces si elle est prise régulièrement et sans oublis. En France, environ une femme sur deux parmi celles qui utilisent un moyen de contraception durant les rapports sexuels a opté pour la pilule.

Avantages et efficacité

Sur le plan de l'efficacité, la pilule présente l'avantage d'être efficace dès le premier comprimé si celui ci est pris le premier jour des règles. De plus, elle reste également efficace lors de la période d'arrêt de 7 jours à condition bien sur de reprendre une nouvelle plaquette au bout de ces 7 jours d'arrêt. Au niveau des règles, la prise de la pilule permet de rendre le cycle régulier avec des règles moins abondantes, moins longues et surtout moins douloureuses.

Enfin, la pilule contraceptive, en plus d'être la mieux tolérée par les femmes, est également un contraceptif réversible donnant ainsi la possibilité d'avoir une grossesse normale quelques mois seulement après l'arrêt de la prise des comprimés contraceptifs.

Inconvénients et contre-indications

Depuis la découverte de la pilule contraceptive en 1956 de nombreux progrès ont été fait en matière de pilule et principalement sur le dosage hormonal qu'elle contient. A cette époque les pilules contenaient des doses très importantes d'hormones qui provoquaient de nombreux effets secondaires (prise de poids, jambes lourdes, nausées, seins douloureux, etc..) aux femmes qui la prenaient. De nos jours, grâce à l'apparition de pilules mini-dosées, ces effets secondaires ont considérablement diminués. Cependant il est possible que la prise de la pilule ait certains effets secondaires, sans gravité, sur certaines femmes. Si ces effets ne disparaissent pas rapidement alors il est conseillé d'aller voir un gynécologue qui prendra en compte ces effets et qui vous prescrira une autre pilule qui vous conviendra mieux.

En ce qui concerne les contre-indications liées à la pilule, même si les dosages hormonaux sont plus faibles, ils restent les mêmes qu'auparavant. La pilule reste donc contre-indiquée en cas d'hypertension, de diabète non traité, de certains cancers, de cholestérol trop élevé, d'antécédents médicaux tels que la phlébite ou l'embolie pulmonaire. Enfin, la pilule est également déconseillée aux femmes souffrant de maladies hépatiques congénitales extrêmement graves, etc...

A noter également que l'association de la pilule avec le tabac, notamment chez les femmes de plus de 35 ans, peut engendrer des risques de maladies cardio-vasculaires.

Quels sont les risques liés à la pilule contraceptive ? Prendre la pilule est-il risqué ?

De nos jours il existe de nombreuses sortes de pilules que l'on peut classé en 4 générations. Les deux premières génération de pilule ont fait leur apparition en France dans les années 70. Les pilules de 3ème génération datent des années 2000 et ont été suivi par celles de 4ème génération. A l'heure actuelle, les pilules de 1ère génération ont complètement disparu.

Ce qui différencie ces 4 générations de pilule c'est la nature du progestatif utilisé : noréthistérone , lévonorgestrel , désogestrel, norgestimate etc. 

En ce qui concerne les  risques encourus, ils sont de 2 sortes avec la pilule. Le premier est artériel et le second veineux. Si le risque artériel est commun à toutes les pilules le risque de thromboembolie est deux fois plus élevé chez les femmes qui prennent une pilule de 3ème génération que chez celles qui prennent une pilule de 2ème génération.

Suite à la plainte déposée en décembre 2012 par une jeune femme contre le laboratoire pharmaceutique Bayer qui commercialise la pilule contraceptive de 3ème génération que prenait la jeune femme depuis 3 mois et qui serait selon elle à l'origine de son AVC en 2006, la question d'interdire ou non les pilules de 3ème génération se pose.

Selon l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) ce risque lié à la prise de la pilule de 3ème génération bien qu'il puisse être potentiellement très grave, reste extrêmement rare. 

Du côté de la Haute Autorité de Santé, le déremboursement des pilules de 3ème génération qui était jusque là remboursée par la sécurité sociale devrait être effectif en septembre 2013.

 


Pour en savoir plus :

La contraception féminine

Vos questions, nos réponses :

Les problèmes des femmes sous pilule