Le sexologue

La profession de sexologue : qui peut se dire sexologue ?

Il faut tout d'abord savoir que la profession de sexologue n'est pas réglementée. Quiconque peut se dire sexologue et mettre sa plaque au bas d'un immeuble, sans aucune connaissance ou compétence particulière. Cette non réglementation de la profession permet à de nombreuses personnes, sans aucune compétence, de se dire sexologue au détriment de leurs consultants !

Ce n'est que depuis 1999 qu'il existe un diplôme Universitaire de sexologie, reconnu par l'ordre des médecins, d'une durée de 3 ans, permettant au médecin qui en est titulaire, de le porter sur ses ordonnances et d'en faire état auprès de ses patients.

Depuis les années 1974, il existe aussi des formations non universitaires privées, dont certaines sont sérieuses et d'autres pas. Avant 1999, le médecin qui voulait se former à la sexologie devait le faire au travers de ces formations, de congrès, de lectures et revues spécialisées.

La sexologie en France : rappel de son développement

C'est en 1974 qu'a eu lieu le premier congrès international de sexologie, présidé par un professeur en médecine, patron d'un des plus renommés services de Gynécologie parisien, le professeur Netter. Si la sexologie a commencé à être reconnue dans le monde parisien, à partir des années 1974, comme pouvant être une discipline médicale, il en était tout autrement en province.

Ce n'est donc que depuis quelques années que la rubrique sexologue peut figurer également sous la rubrique "médecins" dans l'annuaire téléphonique. Si donc vous cherchez un sexologue, vous pouvez le trouver à la rubrique sexologue de l'annuaire téléphonique (vous y trouverez des sexologues médecins et des sexologues non-médecins), ou à la rubrique médecins sous la rubrique sexologue.

Le sexologue et l'exercice de sa profession

La fonction sexuelle ayant une composante organique et psycho-comportementale, il est très souvent utile, dans un premier temps, de consulter un médecin pour éliminer une cause organique à la dysfonction sexuelle. Certes, certains aspects d'un trouble sexuel permettent, parfois, d'affirmer d'emblée l'absence de cause organique, mais dans les autres cas, une consultation médicale est recommandée.

Si cette première démarche est souvent nécessaire, elle n'est souvent pas suffisante car les médecins n'ont pas été formés, durant leur cursus, à s'occuper de ce qui n'est pas organique. En particulier, ils n'ont pas été formés à aborder ce qui touche au plaisir et au désir. Le sexologue (médecin ou non), lui, est formé à cette démarche.

Pour nous, le sexologue est un généraliste de la sexualité qui sait reconnaître une cause organique d'une cause psycho-comportementale, et qui dispose de certaines techniques, les unes médicales et les autres non-médicales, pour résoudre un problème sexuel. Parfois le sexologue devra orienter son patient vers un confrère sexologue plus spécialisé dans une thérapie particulière (soit médico-chirurgicale soit non-médicale comme la psychothérapie, la thérapie comportementale, l'hypnose etc..)

Que se passe-t-il dans le cabinet d'un sexologue ?

La première démarche d'un sexologue étant d'éliminer une cause organique, un examen médical peut être nécessaire. Cet examen médical sera pratiqué par le sexologue lui même, s'il est médecin, ou par un confrère médecin, s'il ne l'est pas et s'il pense que la cause de la dysfonction sexuelle peut être organique. Après avoir éliminé une cause organique, le sexologue doit s'en tenir à des explications verbales ou écrites (sauf apprendre à se décontracter ou à mieux respirer).

Un sexologue ne doit pas vous demander de vous déshabiller, encore moins de passer à un quelconque acte sexuel, sous prétexte "de vous faire découvrir quelque chose". La relation thérapeutique entre le patient et le sexologue ne peut et ne doit pas avoir une connotation érotique, pas plus qu'entraîner une dépendance névrotique du patient vis-à-vis de son thérapeute.

Suivant la dysfonction dont souffre le ou les patients, la thérapie sera orientée vers une psychothérapie ou une thérapie comportementale ou des conseils généraux sur la sexualité (ce qui suffit parfois pour débloquer une dysfonction sexuelle non organique ou une situation conflictuelle entre deux partenaires).

Le sexologue peut demander au consultant de recevoir son ou sa partenaire, seul ou ensemble. Son rôle sera de dédramatiser une situation conflictuelle entre les deux partenaires, de déculpabiliser un des deux partenaires, de les déconditionner d'une mauvaise habitude comportementale. Il devra aider le partenaire déficient par une thérapie adaptée et, si une base d'amour existe encore entre les partenaires, il les aidera aussi à retrouver une sexualité épanouissante.

Le sexologue pourra vous conseiller des exercices érotiques à faire chez vous, avec ou sans votre partenaire, mais jamais à son cabinet. Le sexologue, enfin, ne prendra jamais parti pour l'un ou l'autre des partenaires et conservera toujours une neutralité indispensable à la thérapie. Enfin votre sexologue pourra, éventuellement, vous orienter vers un confrère sexologue spécialisé dans une thérapie particulière de type comportementale, psychothérapie ou hypnose.

 

Notre boutique

Rejoignez-nous !

Inscription à la newsletter