Principales MST et IST

Il existe différents types de MST ou IST. Certaines peuvent être d’origine bactérienne, elles se traitent alors par des antibiotiques, ou bien d’origine virale et le traitement est dans ce cas plus difficile. Il existe également certaines maladies ou infections qui ne sont pas d’origine bactérienne ni virale, telles que mycoses, morpions, trichomonas, etc...

Tandis qu'une hygiène rigoureuse permet de se prémunir de la plupart de ces maladies, il faut recourir systématiquement aux moyens de contraceptions pour se protéger des autres, ou, dans le cas où l'on est infecté, ne pas contaminer son partenaire. Dans le cas d'une contamination, il faut se rappeler que la maladie ou l'infection doit être dépistée le plus rapidement possible, afin d'améliorer les chances de guérison quand cela est possible, ou lorsqu'elle est incurable, limiter son développement.

Voici un tour d'horizon des maladies ou infections sexuellement transmissibles les plus répandues à l'heure actuelle, et leurs symptômes.

Blennorragie gonococcique :

Encore appelé "chaude-pisse", elle se manifeste par des brûlures et/ou écoulement jaune par le pénis, le vagin ou l’anus avec possibilité de fièvre et de douleur dans le bas-ventre. L’apparition des signes est généralement de 2 à 7 jours après la contamination. Le diagnostic se fait par prélèvement local et le traitement se fait par antibiotique. Il est important de traiter rapidement une blennorragie car elle peut entraîner des complications graves si elle n’est pas traitée, telles que stérilité surtout chez la femme ou transmission de la maladie au nouveau-né si la mère est infectée.

Chlamydia :

La transmission de cette maladie est presque exclusivement sexuelle et engendre une infection des trompes chez la femme et de l’épididyme chez l’homme. Elle peut être responsable de stérilité aussi bien chez la femme que chez l’homme si elle n’est pas traitée. Cette maladie est aussi appelé MST cachée car elle ne se manifeste le plus souvent par aucun signe au départ et c’est seulement après 1 à 2 semaines après le rapport à risque que des signes d’infections apparaissent tels que brûlures, écoulement par la verge, l’anus ou le vagin avec possibilité de fièvre, douleurs dans le bas-ventre, démangeaisons, etc. Le traitement pour l’infection à chlamydiae est un traitement antibiotique qui se prend en une seule fois.

Condylomes :

La transmission de cette maladie est presque exclusivement sexuelle et est due à des virus appelés papillomavirus. Cette infection est responsable de la plupart des lésions précancéreuses du col de l’utérus, c’est pourquoi il est très important de la soigner rapidement. Souvent inapparents, les condylomes se présentent comme des petites verrues sur les organes génitaux ou l’anus. Le dépistage se fait par un examen médical tel que le frottis chez la femme. Son traitement se fait par crèmes virucides pour les condylomes externes et par laser pour les condylomes du vagin ou du col de l’utérus. Enfin, à noter que depuis quelques mois, un vaccin préventif existe pour les jeunes filles qui n’ont pas encore eu de rapport sexuel.

Hépatite B et C :

L’hépatite est une inflammation aiguë ou chronique du foie due à un virus qui se transmet par le sang mais aussi par le sperme et les sécrétions vaginales. Elle se transmet également de la mère à l’enfant si celle-ci est infectée. Une personne peut en être atteinte sans le savoir, seul un examen sanguin pourra révéler la présence ou non du virus. Un des principaux symptômes est la jaunisse qui se manifeste par une coloration jaunâtre du blanc de l’œil et des tissus cutanés accompagné de fatigue et de fièvre. Dans les formes les plus grave d’hépatite comme la B, celle-ci peut provoque des cirrhoses ou des cancers du foie. A noter cependant qu’environ 80% des personnes qui contractent une hépatite B à l’âge adulte en guérissent spontanément.

Herpès :

L’herpès génital est une MST très répandue et nombre de malades ignorent qu’ils sont porteurs du virus ! Chez l’homme, elle peut se traduire par des petits boutons sur le pénis, au bord du prépuce, près du gland ou de l’anus. Chez la femme, les poussées d’herpès peuvent se manifester à proximité ou à l’intérieur du vagin, des lèvres ou du rectum. Le diagnostic se fait par examen médical, prise de sang ou prélèvement local. A noter que l’infection herpétique est le plus souvent récidivante.

Mycoplasme :

L’infection à mycoplasmes, dont la transmission est aussi bien sexuelle que non sexuelle, est une IST banale des organes génitaux qui peut se traduire par des écoulements par le pénis, l’anus ou le vagin, des brûlures et des démangeaisons. Les premiers signes apparaissent en général après une semaine après la contamination. Un prélèvement local est nécessaire pour diagnostique des mycoplasmes qui se traitent avec des antibiotiques.

Morpions :

Les morpions sont des parasites qui se fixent sur les poils pubiens. Ils se transmettent lors de contact intime avec une personne infectée mais également par les draps, le linge, les serviettes de toilette ou le sac de couchage. Ces parasites sucent le sang de leur hôte pour se nourrir, provoquant ainsi des démangeaisons. Cette infection peut facilement se traiter à l’aide de crèmes, lotions, shampoings, poudres ou sprays insecticides.

Mycoses :

Les mycoses sont dues à de minuscules champignons et ne sont pas toujours considérés comme des MST. En effet, cette infection peut apparaître après la prise d’antibiotique, dans ce cas elle ne sera pas considérée comme une MST, en revanche, elle le sera si les mycoses sont transmises au cours d’un rapport sexuel et le couple concerné sera traité en même temps. Elles se traduisent par des rougeurs, des points blancs et des irritations au niveau du gland décalotté chez l’homme et au niveau de la vulve et/ou du vagin chez la femme. Le traitement chez l’homme se fait par application locale de crème antimycosique et chez la femme par la prise d’un ovule antimycosique.

Sida :

Le sida, dont le nom signifie Syndrome de l’Immuno Déficience Acquise, est une maladie infectieuse (IST) causée par le Virus de l’Immuno déficience Humaine (VIH) qui provoque la dégénérescence du système immunitaire. La transmission peut se faire par voie sexuelle, voie sanguine et de la mère à l’enfant si celle-ci est infectée. Les traitements actuels permettent dans la majorité des cas de retarder considérablement l’entrée dans la maladie, malheureusement ils ne permettent pas d’éliminer le virus de l’organisme.

Syphilis :

La syphilis est une maladie infectieuse dont la transmission est presque exclusivement sexuelle. Au début de la contamination, cette maladie se manifeste par un petit bouton ou une plaie sur le sexe. Si elle n’est pas traitée elle peut atteindre le cerveau, les nerfs, le cœur, les artères et les yeux. Le diagnostic se fait par prise de sang et se soigne, aujourd’hui, rapidement grâce à des antibiotiques.

Trichomonas :

Cette infection aux trichomonas est relativement fréquente chez l’homme et la femme. Elle se transmet par contact sexuel mais aussi sur la cuvette des WC, au contact d’une serviette humide et souillée. Elle provoque parfois chez l’homme des brûlures, des démangeaisons et écoulement de pus. Chez la femme, elle se traduit par des pertes vaginales inhabituelles et malodorantes, des brûlures et démangeaisons, une vulve rouge et irritée. Le trichomonas se transmet très facilement lors des rapports sexuels. Ce n’est pas une infection grave mais elle doit être traitée pour éviter des complications.

 


Vos questions, nos réponses :

Questions et réponses sur toutes ces MST et IST