Paraphilies et perversions

Déviations et perversions sexuelles les plus fréquentes

Les principales déviations et perversions sexuelles sont répertoriées dans les ouvrages de psychiatrie dont le DMS qui fait référence en matière de psychiatrie. La classification ci-dessous prend en compte aussi bien des déviations mineures et socialement non perturbantes, comme le fétichisme, et des perversions majeures comme la pédophilie.

Classification, définition et description des principales paraphilies et perversions sexuelles

Exhibitionnisme :

L'exhibitionnisme est le besoin, ou la tendance, à montrer ses parties génitales en public. Cette activité a pour but d'exciter la personne qui la pratique en faisant peur à la personne qui se trouve plus ou moins obligée de regarder.  L'homme exhibitionniste se cache dans les coins de rues et attend le passage d'un femme pour lui montrer son sexe. Si la femme montre son émoi devant l'exhibitionniste, le plaisir pour lui est assuré. Les exhibitionnistes ne sont généralement pas agressifs sexuellement. Ce sont les hommes qui sont exhibitionnistes car les femmes qui se montrent facilement nues ne le font pas pour faire peur aux hommes.

Fétichisme :

Le fétichisme est l'attirance exclusive pour une partie du corps, un vêtement, une image ou un objet appartenant au partenaire et, généralement, à l'ensemble des partenaires. L'objet du fétichisme, permet au fétichiste d'assouvir son désir sexuel. Les objets les plus fréquents, sources du fétichisme, sont les sous-vêtements féminins et les chaussures des femmes. Au niveau du corps, ce sont les pieds des femmes qui sont le plus souvent l'objet du fétichisme masculin. Là encore, ce sont plus les hommes qui sont des fétichistes que les femmes.

Frotteurisme :

Le frotteurisme est le besoin de se frotter contre une personne non-consentante. Le frotteurisme est assez fréquent dans les transports en public aux heures de pointe. Le frotteuriste n'est pas agressif sexuellement mais peut facilement avoir une érection au contact d'une femme contre laquelle il est amené à se frotter du fait des conditions environnantes. Une femme souffrant de frotteurisme sera facilement qualifiée, non de frotteurisme, mais de nymphomane par l'homme contre lequel elle se frotte.

Voyeurisme :

Le voyeurisme est l'attirance d'un individu à regarder, en vue d'une excitation sexuelle, et à leur insu, des personnes ayant une pratique sexuelle. Le voyeur peut être excité aussi par la seule vue de personnes nues ou se déshabillant. Le voyeurisme est une pratique essentiellement masculine. On parle de voyeurisme, en tant que déviation sexuelle, lorsque l'excitation sexuelle n'est obtenue par le voyeur que par la vision qui se fait à l'insu d'une personne.

Travestisme :

Le travestissement est le fait de s'habiller avec des vêtements du sexe opposé à son propre sexe. Le travestisme est indépendant de l'identité et de l'orientation sexuelle. Un travesti n'est donc pas forcément un transsexuel car le travestisme n'implique pas la volonté de changer de sexe. De même, un travesti peut être aussi bien homosexuel qu'hétérosexuel. Le travestissement peut traduire un trouble de l'identité sexuelle, mais peut être aussi un jeu ludique, non significatif, lorsque le travestisme et très ponctuel.

Transsexualisme :

Le transsexualisme : un transsexuel est une personne qui, depuis son enfance, se ressent du sexe opposé à son sexe anatomique. Il ne faut pas confondre travesti et transsexuel : le travesti, s'il aime porter des vêtements du sexe opposé, ne se sent pas particulièrement appartenir au sexe opposé, contrairement au transsexuel qui se sent appartenir psychologiquement au sexe opposé.

Urophilie et coprophilie :

L'urophilie et la coprophilie sont caractérisées par une forte excitation érotique éprouvée en souillant ou en étant souillé par de l'urine ou des matières fécales. Les urophiles et coprophiles peuvent être actifs ou passifs vis à vis du ou de la partenaire. Une variante de cette pratique consiste à uriner dans ses sous-vêtements et ses vêtements, parfois en public.

Zoophilie :

La zoophilie désigne l'attirance sexuelle, avec ou sans connotation affective, d'un humain pour les animaux. Les hommes ou les femmes qui pratiquent la zoophilie sont qualifiés de zoophile. La zoophilie est généralement considérée comme une déviation ou une perversion sexuelle, dans laquelle l’animal devient objet du désir, bien qu'elle ne soit plus listée dans le DSM, référence psychiatrique en matière de pathologies mentales, depuis 1980. La pratique de la zoophilie par les zoophiles est, depuis 2004, punie par la loi.

Masochisme :

Le masochisme est un comportement sexuel dans lequel le plaisir ne peut être obtenu qu’en passant par sa propre souffrance physique ou morale. Le masochisme sexuel est donc le besoin, ou comportement, à la recherche d'humiliation afin de trouver un plaisir sexuel. L'origine du mot masochisme vient de l’écrivain Sacher Masoch (1836-1895) dont le livre le plus représentatif du masochisme est « la Vénus à la fourrure ».

Sadisme :

Le sadisme est un comportement sexuel dans lequel le plaisir ne peut être obtenu qu’en infligeant au partenaire des souffrances physiques ou morales. Cette recherche de souffrance sur une autre personne, afin d'obtenir un plaisir sexuel, a été parfaitement décrit dans le live de Sade « Justine ou les malheurs de la vertu ». Le sadisme est une déviation sexuelle, ou perversion sexuelle, qui peut exister chez les hommes comme chez les femmes.

Pédophilie :

La pédophilie est la déviation sexuelle la plus grave responsable de traumatismes qui marqueront la vie entière les personnes qui en ont été victimes. Il s'agit là d'une perversion sexuelle, plus que d'une simple déviation sexuelle.

Toutes ces déviations sexuelles n'ont pas la même connotation perverse, on s'amusera facilement d'un fétichiste alors qu'on s'inquiétera devant un sadique ou un pédophile.