Comprendre l'homosexualité pour mieux l'accepter

L’homosexualité, qu’elle soit masculine ou féminine, correspond à l’attirance émotionnelle et sexuelle entre deux personnes du même sexe.

L'homosexualité féminine est encore appelée « Lesbianisme » ou « Saphisme » mots provenant du nom de la poétesse grecque Sappho qui vivait sur l’île de Lesbos vers le 6ème siècle avant J.C.

L'homosexualité masculine ne porte pas de nom particulier mais de nombreuses expressions argotiques qualifient l'homme homosexuel.

Une sexualité qui reste tabou en France

La société française a beaucoup évolué ces dernières années, les mentalités ont changé et l'homosexualité n'est plus autant rejetée que dans les décennies précédentes.

Différentes enquêtes d’opinions montrent une acceptation croissante des homosexuels dans la société, même s’il reste encore un long trajet à parcourir pour une acceptation totale. Souvent, l’acceptation n'est qu'une tolérance dans la mesure où l'homosexualité  est plus ou moins cachée.

Les tabous à ce sujet n’ont pas encore tous disparus en France et la population homosexuelle est encore souvent confrontée, dans la famille, dans le milieu professionnel ou dans la vie de tous les jours, à des manifestations de rejet, de mépris et de discrimination.

C’est souvent la peur de la différence et la peur du rejet des autres qui empêchent les individus et particulièrement les plus jeunes, de s’épanouir pleinement dans une sexualité minoritaire.

Déterminisme de l'orientation homosexuelle

La détermination de l’orientation sexuelle vers l'homosexualité peut être difficile à prendre pour certaines personnes. Une période d’exploration et d'expériences sexuelles variées peuvent être alors utiles pour aider à se découvrir, afin de mieux se déterminer ultérieurement vers l'homo ou l'hétérosexualité.

Autrement dit, avoir une expérience homosexuelle ne veut pas pour autant dire que l’on est homosexuel ou encore qu’on ne l’est pas. Il faut parfois se donner du temps pour découvrir nos préférences sexuelles et affectives. Un certain nombre d'homosexuels n'ont découvert leur véritable attirance sexuelle qu'à un âge avancé.

Acceptation par l'entourage

Une des étapes importantes de l’acceptation de son homosexualité est l’annonce à son entourage de son orientation sexuelle (le « coming out », version abrégée de l'expression « to come out of the closet »).

La réaction des personnes à qui l’on en parle peut aller du refus à l’acceptation, de la colère à la culpabilité. Il est donc tout à fait normal d’avoir peur de parler de son homosexualité. Cependant, il est important d'oser en parler et en particulier quand le fait de le cacher devient trop lourd à porter. Généralement, après « être sorti du placard » l'homosexuel se sentira plus "léger" car il se sera libéré de son "fardeau" et par la même s'acceptera plus facilement tel qu'il est.

Il est donc important d’accepter son homosexualité pour pouvoir se sentir bien dans sa peau et assumer sa sexualité. Malheureusement, le grand nombre de préjugés et la peur d’être rejeté par l'entourage rendent l’acceptation souvent difficile.

L'homosexualité est-elle une maladie ?

NON, ce n’est pas une maladie. Elle a été retirée du manuel diagnostique et statistique des maladies mentales en 1985, et a été dé-classifiée lors du congrès de 1992 par tous les états signataires de la charte de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Pourcentages d'homosexuels dans la population

Certaines personnes se rendent compte très tôt de leur attirance pour le même sexe, d’autres que beaucoup plus tardivement. Certaines personnes assument leur homosexualité, d’autres pas, du fait de la pression de la société et nombreux sont les homosexuels qui sont déjà engagés, avant de découvrir leur véritable préférence sexuelle, dans une relation hétérosexuelle, mariés et avec des enfants.

Ceci pris en considération fait qu’il est très difficile de déterminer exactement le nombre d’homosexuels. Cependant, de nombreux chercheurs et spécialistes s’entendent sur le fait qu’en moyenne 10% de la population serait homosexuelle, même si ce chiffre reste tout de même approximatif.

L'homosexualité ne se "voit" pas 

Au milieu du siècle dernier, des chercheurs ont tenté de démontrer que les homosexuels étaient différents des hétérosexuels sur le plan physique et anatomique. Ces hypothèses n’ont jamais pu être vérifiées. En effet, il est impossible de savoir si un homme est homosexuel ou une femme homosexuelle, en se fiant uniquement à son apparence ou à ses comportements.

Cependant, certains clichés, comme "l’homme gay est efféminé", ou "la lesbienne est une femme masculine", subsistent dans les esprits comme étant une généralité alors qu'il s'agit plutôt d'exceptions. Ces stéréotypes nuisent, non seulement aux homosexuels, mais également aux hétérosexuels qui ont choisi un mode de vie et une apparence, en marge de celles dictées par la société.

Aujourd’hui encore, les hommes aux cheveux longs, les femmes qui ne se maquillent pas ou encore qui ont les cheveux courts, ou bien encore les hommes et les femmes pratiquant certains sports ou exerçant certaines professions, sont automatiquement soupçonnés d’être homosexuels.

 


Pour en savoir plus :

La sexualité homosexuelle

Vos questions, nos réponses :

L'homosexualité féminine

L'homosexualité masculine

Notre boutique

Rejoignez-nous !

Inscription à la newsletter